/lifestyle/books
Navigation

Une 40e édition dédiée à Montréal

Gilda Routy, Présidente du C.A. du Salon du livre
Photo courtoisie Gilda Routy, Présidente du C.A. du Salon du livre

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir mis à l’honneur Haïti en 2013 et le Mexique cette année, c’est à Montréal et à son 375e anniversaire que se consacrera la 40e édition du Salon du livre de Montréal l’an prochain.

À peine avaient-ils dressé le bilan de leur 39e édition, lundi après-midi, que les organisateurs de l’événement avaient déjà mis en place le comité qui se penchera sur sa prochaine mouture.

«Nous avons déjà plein d’idées d’animations mettant en vedette les éditeurs, les auteurs et les illustrateurs d’ici, a affirmé Gilda Routy, présidente du conseil d’administration de l’événement, en entrevue. Souligner le 375e de Montréal dans le cadre de notre 40e édition, c’était un incontournable.»

115 000 personnes

Depuis jeudi, ce sont 115 000 amateurs de littérature qui ont franchi les portes de la Place Bonaventure pour prendre part au Salon du livre, ce qui représente une augmentation de 6000 visiteurs par rapport à 2015.

Même si cette hausse s’explique en grande partie par le fait que le nombre d’écoliers ayant participé aux matinées scolaires soit passé de 9500 à 18 000 cette année, les organisateurs de l’événement y voient du positif.

«Pour nous, les visiteurs scolaires sont très importants, a rappelé Gilda Routy. Ce sont les lecteurs de demain.»

Populaires

Parmi les événements les plus courus de cette 39e édition, on compte la table ronde «Nos politiciens parlent de littérature», qui a réuni Dominique Anglade, Alexandre Boulerice, Amir Khadir et Réal Ménard à la même table.

«Ç’a été un grand moment, très chaleureux, a souligné MmeRouty. Ils ont complètement oublié les divisions politiques pour parler de littérature.»

La visite de Chris Hadfield, qui a présenté son livre Plus noir que la nuit, mais aussi le match d’improvisation littéraire consacré à Robert Gravel et la soirée poésie et musique (avec Fanny Mallette et Philémon Cimon) comptent parmi les animations les plus populaires de cette édition.

Tablettes vides

Même s’ils n’accueilleront pas un autre pays à titre d’invité l’an prochain, les organisateurs du Salon du livre comptent répéter l’expérience à l’avenir.

«Les exposants sont contents de l’achalandage, mais aussi des ventes, qui ont été très bonnes. Les auteurs mexicains ont été très impressionnés par l’accueil qu’ils ont reçu.»

Selon Mme Routy, la communauté hispanophone a «très bien répondu» à l’initiative de l’événement qui lui a permis d’avoir accès à des ouvrages publiés en espagnol.

«Le libraire du Pavillon du Mexique était très content, puisqu’il a pratiquement vendu tous ses livres en espagnol. Aujourd’hui (lundi), il y avait de nombreux espaces vides sur ses tablettes.»