/finance/news
Navigation

Les jeunes Québécois consomment moins, les plus vieux recyclent

Coup d'oeil sur cet article

Les jeunes et les vieux Québécois sont les plus écoresponsables lorsque vient le temps de consommer.

C’est ce que révèle le dernier Baromètre de la consommation responsable au Québec, réalisé auprès d’un millier de Québécois.

La consommation responsable, qui se décline dans les achats locaux, l’économie de partage, le transport durable, le recyclage, le compostage, le souci du bien-être animal ou, simplement, la diminution de ses achats (la dé-consommation), s’implante lentement, mais sûrement: l’Indice du Baromètre a progressé de 2,1 points depuis 2010. Plus du cinquième (21,4 %) des Québécois ont un indice de consommation responsable supérieur à 80 %, contre 15,7 % en 2014.

Les jeunes, champions

Les générations «opposées» sont les plus responsables, note Fabien Durif, directeur de l’Observatoire de la consommation responsable (OCR) de l’ESG UQAM, qui produit le Baromètre.

Les 18-24 ans occupent la première place avec un Indice de 67,6 points, suivi des 65 ans et plus (66,7 points). Ce phénomène «d’extrême» s’observe également sur le plan des revenus, dit Fabien Durif, «puisque ce sont les citoyens les plus nantis et les moins nantis qui pratiquent le plus la consommation responsable».

Cette première position des jeunes est une première depuis que le Baromètre les sonde. Contrairement aux croyances, ils ont toujours été les moins écoresponsables. Est-ce un changement durable?, se questionne Fabien Durif. Ou la conjoncture économique les a poussés à moins consommer? Toujours est-il qu’ils sont ceux qui ont le plus réduit leurs achats, choisi la consommation collaborative ou les achats de seconde main, et aussi, le transport durable.

«Les comportements peuvent être subis par les individus, étant donné leur situation financière et professionnelle. Mais une fois ces changements opérés, les habitudes demeurent», dit Fabien Durif.

Recyclage

Le recyclage demeure l’habitude écoresponsable la plus répandue, surtout chez les plus de 65 ans, grands champions dans ce domaine. Les plus âgés sont aussi ceux qui consomment le plus localement.

L’achat local est d’ailleurs très populaire, surtout à l’épicerie. Près des deux tiers des répondants disent que le lieu de fabrication constitue un critère très important lors de l’achat de produits alimentaires.