/news/health
Navigation

CHSLD: un bel effort

repas CHSLD
Simon Clark/Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

C’est d’abord avec scepticisme que je me suis rendue au Centre des congrès de Québec mercredi pour la dégustation des nouveaux menus qui seront dans les CHSLD au cours des deux prochaines années.

Les trois menus présentés, en version solide et semi-solide (texture adaptée), sont le fruit de deux ans d’effort et de consultation entre des nutritionnistes, des chefs et des décideurs. En fixant d’abord des cibles nutritionnelles bien précises, ce sont les nutritionnistes qui ont amorcé le mouvement.

Les plats servis devaient atteindre des objectifs précis, soit contrer la dénutrition des aînés, offrir des plats santé contrôlés en mauvais gras, en sucres et en sel, et répondre aux besoins de la clientèle qui souffre de dysphagie. Tout un mandat qui a assurément demandé beaucoup de recherche. Considérant le budget limité alloué aux repas (soit 1,97 $ à 3,07 $ pour les repas solides et adaptés dégustés), le défi était encore plus grand.

Mon constat: le repas était vraiment bien, compte tenu de toutes ces considérations. Assurément que nous ne sommes pas dans un restaurant coté et on ne peut comparer. Mais on fait très bien avec peu de budget!

Couleur et protéine

La couleur était présente dans nos assiettes avec des légumes verts ou orangés et les plats étaient suffisamment assaisonnés. J’aime aussi l’effort déployé pour obtenir 15 à 20 g de protéines dans les recettes considérant l’importance de ce nutriment pour les aînés. On a même pensé ne servir qu’un petit bol de soupe afin de laisser de l’appétit pour l’essentiel... le repas principal.

Vraiment, j’aimerais souligner le travail des nutritionnistes derrière les 72 recettes qui ont été revues et corrigées maintes fois jusqu’à ce qu’elles passent le panel de goût qui incluait aussi des résidents. Même les purées passaient haut la main.

Non, le menu n’était pas parfait, le poisson, la lasagne et les légumes étaient notamment trop cuits, mais dans l’ensemble l’exercice était concluant! Pour l’instant, seules les régions de Québec et Chaudière-Appalaches profiteront des nouvelles recettes améliorées et ce ne sont pas tous les CHSLD qui pourront profiter de l’implantation dès janvier.

Faudra être patient pour voir les menus harmonisés servis dans les centres choisis. Ensuite, le travail reste énorme pour rejoindre les autres régions et répondre au goût des résidents des centres qui accueillent davantage d’immigrants. Un travail monstre, mais essentiel, la santé de nos aînés doit passer en priorité.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.