/news/consumer
Navigation

Coquerelles partout

L’infestation était si importante en 2015 que le resto a dû fermer ses portes

Coup d'oeil sur cet article

Il y avait tant de coquerelles dans le casse-croûte La Vida que les inspectrices ont vu leurs antennes, leurs excréments et en ont même aperçu qui portaient leurs œufs.

«De longues antennes de coquerelle étaient visibles au rebord de la bande de céramique décorative», ont noté dans leur rapport les inspectrices lors de leur visite de novembre 2015 au casse-croûte créole La Vida.

Situé au 785 rue Jarry Ouest à Montréal, dans Parc-Extension, le restaurant était alors infesté de coquerelles, au point où les inspectrices ont ordonné la fermeture de l’établissement pour cinq jours.

En août et septembre 2016, le casse-croûte a donc écopé de deux amendes totalisant 3500 $ pour insalubrité.

Petites et grosses

En effet, les inspectrices ont repéré des coquerelles de toutes les tailles: des grosses, des petites, et même plusieurs portant des «oothèques», c’est-à-dire des capsules contenant leurs œufs, notaient-elles en novembre 2015.

Des coquerelles vivantes ont été vues sur le plancher, sur un mur, dans les moulures, sous une cafetière et même dans le contour intérieur d’un congélateur tombeau, ont-elles noté.

Une grande quantité de leurs excréments a aussi été trouvée dans le compartiment d’une table chaude, comme on en retrouve dans les buffets. À cela s’ajoutaient des excréments de rongeurs trouvés sur le dessus d’un réfrigérateur.

Trois mois plus tard, le problème n’était toujours pas réglé puisque les inspectrices ont noté en février 2016 la présence de coquerelles vivantes.

Elles ont aussi remarqué que les murs, le sol, la friteuse, l’évier et le réfrigérateur étaient sales. En outre, un réfrigérateur trop chaud contenait du porc et du poulet cru.

La propriétaire Monique Jean admet que les problèmes de salubrité ne sont pas complètement réglés. «Mais c’est mieux qu’avant», assure-t-elle.

Elle indique avoir acheté beaucoup de produits nettoyants et avoir embauché une entreprise afin de se débarrasser des coquerelles.

Reste qu’elle considère que les amendes sont trop sévères. «C’est dur, pour un petit commerce comme le nôtre. Je jette de l’argent à la poubelle. [...] Je travaille comme une folle pour payer les amendes», dit Mme Jean.


Il faut attendre plusieurs mois après une infraction pour qu’un juge entende la cause et rende sa sentence. Les détails de ces jugements ont été obtenus à la suite d’une demande d’accès à l’information.

Extraits du rapport

« Coquerelles vivantes et mortes » – Les inspecteurs

  • Infestation de coquerelles
  • Présence de rongeurs
  • Réfrigérateurs trop chauds
 
Carte interactive