/news/consumer
Navigation

Noël difficile pour les familles

Quatre parents québécois sur 10 affirment s’endetter pendant la période des Fêtes, révèle un sondage

Pauvreté
Photo Boris Proulx Stéphanie Asselin se trouve près de l’arbre de Noël du Carrefour Familial Hochelaga, à Montréal. Pour la mère monoparentale de trois enfants, «Noël, ce n’est pas de la réjouissance». L’organisme communautaire l’aidera à payer certains de ses cadeaux.

Coup d'oeil sur cet article

Il est impensable pour une mère montréalaise qui se démène pour sortir de la pauvreté d’acheter des cadeaux de Noël pour ses trois enfants sans s’endetter, une situation que vivent 40 % des parents québécois.

«Tu penses t’en sortir, et là, Noël arrive», lâche Stéphanie Asselin, angoissée à l’idée que ses achats des Fêtes surpasseront l’allocation d’aide sociale qu’elle reçoit actuellement et qui lui permet tout juste de payer les factures.

«Les enfants reviennent de l’école après le congé et disent: “Maman, mon ami a eu telle ou telle chose.” Qu’est-ce que je peux leur dire?»

La mère monoparentale fait tout pour améliorer sa situation financière et celle de ses enfants.

Après avoir effectué un retour aux études pour terminer son secondaire et aller chercher un diplôme d’études professionnelles, elle tente de trouver un emploi de préposée aux bénéficiaires.

L’organisme Carrefour Familial Hochelaga, à Montréal, l’aidera à payer pour les cadeaux de ses deux plus jeunes, de 5 et 9 ans, mais pas pour ceux de son premier, «trop vieux» à 13 ans.

Majorité de Québécois

Stéphanie Asselin est loin d’être la seule à subir un stress financier à l’approche des Fêtes.

La grande majorité des familles québécoises est préoccupée par ses finances à l’approche des célébrations, révèle un sondage CROP commandé par Universitas rendu public hier.

Jusqu’à 40 % des parents d’enfants d’âge mineur prévoient même contracter des dettes pour payer leurs achats de Noël, comme les cadeaux et la nourriture, apprend-on.

Pour ceux qui ont du mal à joindre les deux bouts, les Fêtes n’ont rien de réjouissant.

«Dès le lendemain de l’Halloween, je commence à être sur les nerfs», avoue Daniel Huppé, père monoparental d’un garçon de 18 ans, pour qui il ne reçoit donc plus d’allocation pour enfants.

Il ignore toujours comment il financera le cadeau de Noël de son fils unique.

«Tout le monde que je connais vit un stress financier dans le temps des Fêtes», se désole le quinquagénaire qui demeure dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve, à Montréal.

 

« Spirale de l’endettement » pour les Fêtes

 

Ce stress financier observé à l’approche des Fêtes n’est pas un phénomène nouveau, et n’est pas près de s’estomper, alertent les intervenants communautaires et experts consultés par Le Journal.

Envie de donner

«Il existe un stress financier, mais aussi un stress important de ne pas pouvoir donner assez de cadeaux à ses enfants», constate Milène Chenot, intervenante à l’organisme Interaction Famille Hochelaga-Maisonneuve.

«Le coût de la vie a beaucoup augmenté, et les gens [moins fortunés] ont moins d’argent au bout de l’année pour des cadeaux», analyse-t-elle.

Pour la consultante budgétaire Hélène Hétu, de l’association de consommateurs ACEF Rive-Sud, à Longueuil, même les familles qui ont de plus hauts revenus peuvent être serrées dans leur budget au moment des Fêtes.

«Les cartes de crédit se remplissent, et lorsqu’on n’est pas capable de les payer au complet, on entre dans la spirale de l’endettement.»

Éviter l’endettement

La spécialiste des budgets conseille d’éviter le plus possible de recourir au crédit pour ses achats des Fêtes.

«Idéalement, il faut planifier Noël plusieurs mois d’avance, en mettant de l’argent de côté et en chiffrant combien on veut dépenser pour nos cadeaux.»

 

Les finances du temps des Fêtes au Québec

  • 80 % des familles très ou assez préoccupées par les dépenses des Fêtes
  • 24 % utilisent une partie de l’Allocation canadienne pour enfants pour ces dépenses
  • 500-1000 $: dette contractée par 4 parents sur 10 pendant les fêtes
  • 230 $: prix moyen des cadeaux des parents, par enfant

Source : Sondage CROP - Universitas