/news/politics
Navigation

Lino Zambito n'écarte pas la politique provinciale

Lino Zambito
Photo Emy-Jane Déry L'ex-entrepreneur Lino Zambito n'exclut pas la possibilité de se présenter en politique provinciale.

Coup d'oeil sur cet article

L’ex-entrepreneur Lino Zambito n’écarte pas la possibilité de se présenter en politique et n’exclut pas de porter les couleurs du Parti libéral du Québec.

«Quand eux [les militants libéraux] vont décider de prendre le parti en main et [voudront] faire avancer les choses, peut-être que le timing va être bon, pour moi, de faire de la politique», a confié Lino Zambito au Journal, en marge d’une présentation qu’il a faite devant des membres de la Ligue d’action civique.

Il dit d’ailleurs «toujours avoir été libéral», mais croit qu’un ménage dans les rangs du parti s’impose pour le dissocier de la corruption.

L’ancien propriétaire d’Infrabec, qui vient de publier son livre Le témoin, était l’invité de l’organisation, hier, pour discuter «d’infiltration du crime organisé» en compagnie de l’auteur André Cédilot.

Il assure toutefois qu’aucune intention politique n’est cachée derrière ses projets de conférence ou les critiques qu’il formule dans les médias à l’endroit du système politique actuel.

«Je ne l’écarte pas à long terme, mais mon but premier, c’est réveiller la population, la sensibiliser», a dit Lino Zambito.

Le témoin de la commission Charbonneau arrêté par l’escouade Marteau en 2011 est toujours sous probation. Il veut avant toute chose terminer de payer sa dette envers la société.

«J’ai plaidé coupable, j’ai un dossier criminel. Ce serait, je crois, un boulet pour moi, malgré que je sois capable de me débrouiller et de me défendre», a dit M. Zambito.

Pas d’appui pour Rambo

Un autre témoin vedette de la commission Charbonneau, Bernard «Rambo» Gauthier, a dit la semaine dernière être en réflexion quant à la possibilité de se lancer en politique.

«Je pense que ça prend du monde sérieux en politique pour faire changer les affaires. Ça ne prend pas juste des grandes gueules qui ont intimidé du monde dans le Grand Nord», a commenté M. Zambito.

Bien qu’il reconnaisse que le représentant syndical jouit d’une certaine popularité, il n’approuve pas ses façons de faire.

Zambito a tenu à préciser lundi matin sur sa page Facebook qu'il n'avait «aucunement l'intention de faire de la politique provinciale pour le moment».