/24m/job-training
Navigation

Faire le grand saut : du public au privé

Faire le grand saut : du public au privé
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

De nos jours, peu de gens mènent une carrière parfaitement linéaire au service du même employeur pendant plusieurs décennies. Certains changent simplement d’entreprise ou de département tandis que d’autres font le grand saut et passent du secteur public au privé, par exemple. Si vous vous trouvez dans ce cas de figure ou pensez l’être dans le futur, voici quelques conseils susceptibles de vous aider dans votre transition.

La première question que vous devriez vous poser peut sembler évidente, mais demeure cruciale : êtes-vous taillé sur mesure pour le secteur privé? Si vous n’avez travaillé que dans le secteur public jusqu’à maintenant, vous vous apprêtez à passer d’un environnement hautement bureaucratique où les résultats ne sont pas toujours déterminants à un milieu où la performance et la productivité sont souvent des absolus. Au privé, conserver son emploi est très souvent lié directement à votre performance et à votre productivité; la reconnaissance de votre travail également. Ça ne plaît pas à tout le monde...

La seconde étape, si vous êtes certain de votre choix, sera de définir avec précision le type d’emploi que vous voulez occuper ainsi que les entreprises à privilégier et l’échelon souhaité selon votre expérience acquise au public. Gardez à l’esprit le changement d’environnement et les critères avec lesquels vous serez jugé. Votre curriculum vitae doit mettre l’accent sur l’atteinte d’objectifs quantifiables, vos habiletés et vos accomplissements personnels. Ne tardez pas trop à vous familiariser avec la terminologie propre au secteur privé, qui peut parfois différer grandement de celle utilisée dans le public.

Les médias sociaux occupent une place grandissante dans nos vies quotidiennes, mais aussi sur le marché du travail et particulièrement au privé. Nombre de recruteurs utilisent ces outils pour dénicher les meilleurs candidats. Ces derniers le savent et soignent leur image numérique. S’il s’agit d’un aspect que vous avez négligé jusque-là, rectifiez le tir sans attendre; il est plutôt rare qu’une personne obtienne une autre chance de faire une bonne première impression.

N’hésitez pas à vous montrer proactif. Si une compagnie vous intéresse tout particulièrement, mais qu’elle ne recrute pas en ce moment, déposez une candidature spontanée. Mettez de l’avant votre motivation à vouloir travailler pour l’entreprise en question et la valeur ajoutée que vous pensez pouvoir y apporter. Vous seriez surpris de l’impact qu’une initiative de ce genre — bien exécutée — peut avoir, à en croire le Collège CDI, qui a étudié la question. Si l’employeur n’a besoin de personne dans l’immédiat, il gardera au moins votre curriculum vitae et votre lettre de motivation à portée de main au cas où un poste se créerait ou se libèrerait.

Vous présenter en personne peut augmenter vos chances d’être convoqué lorsqu’un poste est à pourvoir. Cela permet un premier contact visuel non négligeable avec des

gens de l’entreprise convoitée. Si vous avez la chance de discuter quelques minutes avec la personne qui reçoit votre candidature, n’oubliez pas qu’une poignée de main franche et ferme, un remerciement et un sourire sont toujours remarqués.

Changer d’employeur ou de carrière n’est pas facile; changer carrément de secteur l’est encore moins. Mettez toutes les chances de votre côté si vous décidez d’aller de l’avant et jetez un œil dès maintenant à vos profils Facebook et LinkedIn!