/news/currentevents
Navigation

Beaucoup plus sévère aux États-Unis

Les inconduites des politiciens américains sont sanctionnées avec des peines plus élevées qu’au Québec

Coup d'oeil sur cet article

Éric thibault et Stéphane Alarie Le Journal de Montréal

La peine de six ans de prison que pourrait se voir imposer l’ex-maire de Laval Gilles Vaillancourt serait la plus lourde jamais imposée à un politicien québécois. Certains ont dénoncé cette «sentence bonbon», d’autres l’ont plutôt qualifiée de juste. Une chose est sûre, la comparaison entre les peines imposées ici et celles décernées aux États-Unis montre que les tribunaux américains sont bien plus sévères envers les élus corrompus.

États-Unis

28 ans de prison

Impliqué dans un scandale de corruption qui a contribué à la faillite de Detroit, l’ex-maire Kwame M. Kilpatrick a été condamné en 2013. Il avait notamment accepté des pots-de-vin totalisant environ un million $ pour favoriser des entrepreneurs dans l’obtention de contrats municipaux.

15 ans de prison

L’ex-maire de Birmingham, en Alabama, Larry Langford, a été inculpé en 2010 d’avoir accepté 235 000 $ en argent, en billets d’avion et en cadeaux, en échange de quoi il favorisait une firme d’investissement pour l’émission d’obligations totalisant 7 millions $. Il a dû payer également une amende de 119 000 $.

10 ans de prison

En 2014, l’ex-maire de La Nouvelle-Orléans, Ray Nagin, a été accusé dans le cadre d’une enquête fédérale ouverte après le passage de l'ouragan Katrina. On lui reprochait d'avoir encaissé des pots-de-vin de 500 000 $ d'entreprises qui souhaitaient décrocher des contrats pour la reconstruction de la ville. Il a aussi dû rembourser 84 000 $.

5 ans de prison

Tony Mack, l’ex-maire de Trenton dans le New Jersey, a été démasqué à la suite d’une enquête du FBI en 2012. Il avait été coincé avec sept autres individus, dont son frère. On l’accusait notamment d’avoir vendu un terrain du centre-ville pour la moitié de sa valeur en échange d’une somme avoisinant 110 000 $.

44 mois de prison

Arrêté pour corruption et vol, l’ancien maire de Charlotte, en Caroline du Nord, Patrick Cannon, avait accepté un pot-de-vin de 48 000 $, des billets d’avion et l’accès à un appartement de luxe de la part d’agents doubles du FBI qui se faisaient passer pour des hommes d’affaires voulant faire affaire dans la ville. Il a dû payer une amende de 10 000 $ et rembourser 50 000 $.

Québec

6 ans de prison

Gilles Vaillancourt
photo d’archives
Gilles Vaillancourt

Gilles Vaillancourt, ex-maire de Laval, s’est reconnu coupable cette semaine de fraude et abus de confiance pour avoir dirigé un système de collusion et de corruption dans l’octroi de contrats publics, une fraude de plusieurs dizaines de millions $ selon la poursuite. Outre la peine de six ans de prison suggérée, il devra rembourser près de 9 millions $.

30 mois de pénitencier

Louise Villandré
Photo d'archives
Louise Villandré

Louise Villandré, ex-directrice générale de la Ville de Hudson, condamnée en février 2016 pour abus de confiance, fraude et usage de documents contrefaits, ayant détourné 1,4 million $ de la municipalité pendant 15 ans.

18 mois de prison

Robert Poirier
Photo d'archives, Chantal Poirier
Robert Poirier

L’ex-maire de Boisbriand, Robert Poirier, le tout premier des neuf maires arrêtés par l’UPAC depuis 2012 à écoper d’une peine ferme d’emprisonnement, condamné en mai 2016 pour fraude, complot et abus de confiance. Il fut décrit par le juge comme «l’instigateur» d’un système frauduleux d’octrois et de partage de contrats publics impliquant des firmes de génie-conseil et des entrepreneurs en construction à Boisbriand. Il a été libéré après avoir porté sa cause en appel.

2 ans moins un jour dans la communauté

Sylvie Berniquez St-Jean, ex-mairesse de Boisbriand, condamnée en septembre 2014 pour fraude et abus de confiance relativement à l’attribution truquée de contrats publics.

18 mois à purger dans la collectivité

Saul Zajdel
Photo d'archives, Pierre-Paul Poulin
Saul Zajdel

Saul Zajdel, ex-conseiller municipal dans Côte-des-Neiges/Notre-Dame-de-Grâce et coaccusé de l’ex-maire de Montréal Michael Applebaum, condamné en mai 2015 pour abus de confiance et corruption.

6 mois à purger dans la collectivité

Stéphane Harbour
Photo d'archives, Pierre-Paul Poulin
Stéphane Harbour

Stéphane Harbour, ex-maire de l’arrondissement d’Outremont, condamné en novembre 2015 pour fraude envers la Ville, fabrication et usage de fausses factures.

240 heures de travaux communautaires

Tony Tomassi
Photo d'archives, JOCELYN MALETTE
Tony Tomassi

Tony Tomassi, ex-ministre de la Famille sous le gouvernement Charest, condamné en juin 2014 pour fraude envers le gouvernement. Il avait utilisé une carte de crédit fournie par l’agence de sécurité BCIA, de son ami Luigi Coretti, pour mettre de l’essence dans son véhicule personnel avant de réclamer au gouvernement des remboursements totalisant 2550 $ pour ces dépenses. Il a aussi dû verser 9000 $ en dons à des organismes de charité.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.