/news/society
Navigation

Le sapin de Montréal fait honte à plusieurs

Il est loin de rivaliser avec le légendaire conifère de New York

sapin-noel-montreal
Photo Hugo Duchaine Mélynda Baillargeon, Virginie Lacasse et Jordann McCutcheon sont restées indifférentes devant le sapin décoré avec des logos du commanditaire Canadian Tire.

Coup d'oeil sur cet article

Le sapin de Noël du centre-ville de Montréal, qui devait rivaliser avec le légendaire arbre de New York, est plutôt devenu une risée. Des commerçants et des visiteurs le trouvent croche et dégarni.

«Gênant», «honteux», «laid»: voilà comment de nombreux internautes ont décrit le sapin de 26 mètres qui trône à l’angle des rues Jeanne-Mance et Sainte-Catherine.

Installé au Grand Marché de Noël par l’entreprise Sapin MTL, notamment pour le 375e anniversaire de Montréal, le sapin le plus haut du Canada a officiellement été inauguré vendredi, lors de l’ouverture des lieux.

«Avec les forts vents, jeudi, il craquait. C’était un peu épeurant, on avait peur qu’il nous tombe sur la tête», lance le commerçant Gilles Prévost, qui vend des bijoux dans un kiosque au pied du conifère.

Par contre, M. Prévost soutient que, même si le sapin manque un peu de volume et de décorations­­, il est très beau une fois illuminé.

« Tristounet »

sapin-noel-montreal
Photo AFP

«Il est un peu tristounet», juge toutefois Aurore­­ Pierrot, une touriste française en visite pour la semaine, accompagnée de Kevin Grosjean. Les deux voyageurs ont trouvé que le sapin n’arrivait pas à la cheville du célèbre arbre new-yorkais au Rockefeller Center.

«Ils ont peut-être eu de la difficulté à le trouver, c’est pas évident, un si haut sapin», pense Mélynda Baillargeon, de Thetford Mines. D’un autre côté, elle reconnaît que ses amies n’ont pas été impressionnées quand elles l’ont vu.

«C’est mieux que rien», estime pour sa part la commerçante Mélanie Émond, qui ajoute que l’entreprise pourra faire mieux l’an prochain.

Le cofondateur de Sapin MTL, Philippe Pelletier, a vu les commentaires circuler sur les réseaux­­ sociaux et n’hésite pas à défendre le projet de sa jeune entreprise.

«Nous l’avons coupé, transporté, monté et décoré en quatre jours. À New York, ils le font en un mois avec des moyens colossaux. C’est comme faire un film de Star Wars avec le budget d’Un souper presque parfait», dit-il.

Sapin commandité

Il rappelle que le projet n’a reçu que 2500 $ d’argent public, de Tourisme Montréal. Le budget, dit-il, est confidentiel, mais c’est Canadian Tire, qui finance le sapin, qui a aussi fourni 10 kilomètres de lumières de Noël.

Sapin MTL cherchait à avoir le plus haut sapin­­ au monde cet automne, mais l’entreprise n’a pu dépasser celui de 28 m de New York et a arrêté son choix sur un arbre de 26 m des Cantons-de-l’Est. M. Pelletier reconnaît aussi que l’arbre a été un peu abîmé durant le transport.

À ceux qui trouvent le sapin croche, Philippe Pelletier répond qu’un arbre asymétrique a sa place devant le Musée d’art contemporain.

L’organisation du 375e anniversaire de Montréal n’est pas impliquée. Le cabinet du maire Denis Coderre, lui, n’a pas voulu commenter.