/weekend
Navigation

La célèbre histoire de Lucy Maud Montgomery sur les planches

La célèbre histoire de Lucy Maud Montgomery sur les planches
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Les spectateurs du Théâtre Fred-Barry ont droit ces jours-ci à une nouvelle adaptation théâtrale du roman Anne... la maison aux pignons verts, écrit en 1908 par l’auteure canadienne Lucy Maud Montgomery. Campée à Avonlea, à l’Île-du-Prince-Édouard, l’histoire de l’héroïne, Anne Shirley, cette jeune orpheline aux cheveux roux, des plus rayonnantes, a inspiré, au fil du temps, plusieurs réalisateurs tant à la télévision qu’au cinéma.

Ceux qui ont lu le célèbre livre Anne of Green Gables, son titre original, ou qui ont suivi la populaire série télé qui a vu le jour en 1985, se souviennent sans doute­­ d’Anne Shirley, cette adolescente de 13 ans, orpheline à l’imagination débordante­­, assoiffée de littérature et qui rêve de devenir auteure.

Sachant à quel point le succès de la série­­ repose sur la performance de l’actrice­­ canadienne, Megan Follows, qui interprète Anne, il fallait trouver une comédienne­­ à la hauteur de cette performance­­.

«On a trouvé notre petite rouquine après avoir auditionné une cinquantaine de jeunes comédiennes», confie le metteur en scène Frédéric Bélanger, à qui revient l’idée de mettre en scène la célèbre histoire. «C’est une vraie rousse!»

Une fillette d’exception

Cette jeune rouquine sur qui repose la pièce, c’est Paméla Dumont, qui a terminé ses études en théâtre à l’UQAM à l’hiver 2016 et qui aura le grand défi d’interpréter Anne.

«Elle est extraordinaire! s’exclame Frédéric­­ Bélanger. Ça ne pouvait être aucune autre qu’elle, impossible de se l’enlever de la tête.»

C’est principalement le début du roman­­ qui sera transposé sur les planches, l’histoire étant beaucoup trop longue pour une production de quatre-vingt-dix minutes.

«L’histoire débute quand Matthew va chercher à la gare le garçon qu’il a adopté et qu’il réalise qu’on lui a envoyé par erreur une fillette, la petite Anne», explique Frédéric Bélanger qui a lu le roman une douzaine de fois pour en faire l’adaptation. «La pièce se terminera sur le décès de Matthew.»

La petite Anne, si attachante, aura tôt fait de séduire ses parents adoptifs, Matthew et sa sœur Marilla, si bien qu’ils rejetteront l’idée de la renvoyer au pensionnat, même s’ils souhaitaient un garçon pour les aider avec les travaux de la ferme aux pignons verts. Malgré ses maladresses, Anne a une personnalité lumineuse en plus d’être une élève brillante. Les nombreuses épreuves qui vont ponctuer sa route n’auront jamais raison de son éternel optimisme.

L’estime de soi

Parmi les autres personnages, on retrouvera notamment sa meilleure amie Diana et son ennemi et rival de classe, Gilbert, qui deviendra son amoureux.

«C’est une œuvre sur le rejet et sur l’estime de soi», fait remarquer le metteur en scène. Rappelons que la flamboyante Anne vivra le rejet et sera l’objet de moqueries en raison de la couleur de ses cheveux et du fait qu’elle­­ est orpheline.

Les préjugés, l’intimidation et le féminisme sont d’autres thèmes abordés.

Frédéric Bélanger n’est pas le seul à vouloir faire revivre Anne Shirley. Trente ans après la présentation de la série Anne, la maison aux pignons verts, une nouvelle production à la télévision de CBC verra le jour en 2017.

Anne... la maison aux pignons verts

Auteure: Lucy Maud Montgomery

Adaptation et mise en scène: Frédéric Bélanger

Distribution: Maxime Desjardins, Paméla Dumont, Katrine Duhaime, Steve Gagnon et Clara Prévost-Dubé

À l’affiche jusqu’au 22 décembre

Au Théâtre Denise-Pelletier (Salle Fred-Barry)