/news/currentevents
Navigation

Moisissures, murs endommagés et dégâts d’eau: visite de la maison d’enfance d’Eugenie

EXCLUSIF JOURNAL DE MONTRÉAL
Photo Pierre-Paul Poulin

Coup d'oeil sur cet article

Obligés de vivre depuis longtemps à côté d’un immeuble que la Cour a qualifié de «danger pour la sécurité du public», des voisins de la maison d’enfance d’Eugenie Bouchard se réjouissent du fait qu’elle soit maintenant à vendre.

Des dégâts d’eau, des moisissures à profusion et de nombreuses structures qui menacent de s’effondrer à tout moment. La maison de Westmount où a grandi la vedette de tennis montréalaise est dans un état plus que lamentable depuis plusieurs années.

Ainsi, l’apparition d’une pancarte «à vendre» devant la résidence abandonnée depuis deux ans et évaluée à plus de 2 M$ fait jubiler les voisins. Certains ont passé de nombreuses années à se plaindre de l’insalubrité de la demeure. Ils espèrent maintenant que la personne qui s’en portera acquéreur la remettra en état.

«On est tannés de s’inquiéter chaque fois que les pompiers viennent intervenir», a lancé Joel King, qui habite non loin.

Le fait d’avoir une maison insalubre dans un quartier cossu affecte fortement la valeur des maisons environnantes, croit l’évaluateur agréé Richard St-Onge.

«Plus la maison vaut cher, plus les acheteurs sont exigeants sur la qualité de l’environnement. Donc, une maison dilapidée dans le voisinage a un effet important sur la valeur de vente et l’intérêt des maisons autour», analyse le professionnel du Groupe Casa.

Nettoyage obligatoire

La Ville de Westmount a multiplié les recours contre les propriétaires. Elle a même obtenu un jugement de la Cour supérieure ordonnant que des réparations et le nettoyage soient faits presto. Rares sont les cas du genre.

La Cour avait notamment souligné que «des matières combustibles et un nombre excessif de sacs de déchets accaparent la plupart des pièces de l’immeuble», et la «présence probable de vermine [comme] des souris et des rats».

Depuis, la maison est passée des mains de la mère d’Eugenie à celles de son père.

Puisqu’il s’agit dorénavant d’une coquille vide nécessitant d’importants travaux, la résidence est à vendre depuis quelques jours pour 1,5 M$, soit un demi-million de dollars en deçà de l’évaluation municipale.

Air infect

Le Journal a été en mesure de constater le piteux état de la maison lors d’une visite incognito dans les derniers jours. (*)

L’air était si imprégné de moisissures et d’amiante que notre journaliste a éprouvé des difficultés à respirer après avoir passé quelque 15 minutes à l’intérieur.

L’état lamentable de la maison n’a toutefois pas dissuadé de nombreux acheteurs potentiels de visiter l’endroit, a confié l’agente immobilière à notre journaliste incognito.


(*) On a refusé l’accès à tous les journalistes qui appelaient, dont une autre journaliste du Journal.

 

Tout à refaire dans la demeure

Un « bijou » potentiel, selon le propriétaire

L’ancienne maison – quasi centenaire – d’Eugenie Bouchard présente presque autant de problèmes à l’intérieur qu’à l’extérieur. Les fenêtres, le bois de la terrasse, le puits de lumière et même le toit doivent être remplacés.
Photo Pierre-Paul Poulin
L’ancienne maison – quasi centenaire – d’Eugenie Bouchard présente presque autant de problèmes à l’intérieur qu’à l’extérieur. Les fenêtres, le bois de la terrasse, le puits de lumière et même le toit doivent être remplacés.

S’il avoue qu’elle a besoin d’être «strippée» et rénovée en entier, le propriétaire Michel Bouchard, père d’Eugenie, croit que la maison est un véritable «bijou» potentiel. «Elle est située sur une des plus belles rues de Westmount. C’est une maison en pierres avec une toiture en ardoises, donc une personne qui la rénove a un bijou entre les mains. Un véritable bijou», a expliqué M. Bouchard, joint hier soir.

Dommages aux murs et plafonds

EXCLUSIF JOURNAL DE MONTRÉAL
Photo Pierre-Paul Poulin

Un bris de tuyau à l’étage supérieur de la maison a causé d’importants dommages aux murs et plafonds. «Tout acheteur potentiel devrait budgéter le fait qu’il devrait enlever tous les murs du sous-sol et décontaminer professionnellement», peut-on lire dans le rapport.

Moisissures

EXCLUSIF JOURNAL DE MONTRÉAL
Photo Pierre-Paul Poulin

Les traces de moisissures évidentes ne manquent pas, partout dans la maison et notamment dans chacune des trois toilettes, qui «nécessitent un remplacement complet». L’air y est particulièrement pesant et une odeur de moisi règne dans ces pièces, qui n’ont visiblement pas été utilisées depuis bien plus de deux ans.

EXCLUSIF JOURNAL DE MONTRÉAL
Photo Pierre-Paul Poulin

Charpente exposée

EXCLUSIF JOURNAL DE MONTRÉAL
Photo Pierre-Paul Poulin

À certains endroits, les murs et plafonds sont tellement usés que la charpente de bois est exposée aux éléments et a visiblement été endommagée par l’eau. Étonnamment, les planchers en bois ont été épargnés et sont en très bon état.

On retrouve d’ailleurs certaines traces de la vie familiale d’Eugenie sur les murs, par exemple des dessins et des marques qui montrent sa croissance au fil des années.

Chauffage dangereux

EXCLUSIF JOURNAL DE MONTRÉAL
Photo Pierre-Paul Poulin

Le futur propriétaire de la maison ne pourra y vivre en ce début d’hiver. Le système de chauffage doit faire l’objet d’un remplacement «immédiat» et pourrait même constituer un danger pour la santé des résidents, selon le rapport. De plus, au moins deux tuyaux d’eau chaude dans les murs de la maison sont brisés et devront être remplacés. Or, ces tuyaux sont scellés dans un matériel fibreux qui pourrait contenir une importante quantité d’amiante, souligne l’inspecteur.

Source : informations tirées du rapport d’inspection produit par la firme Pro-Inspexx Services, fourni aux acheteurs potentiels de la maison