/opinion/columnists
Navigation

Les lapins

UN-CLIMATE-DIPLOMACY
Photo d'archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

Connaissez-vous les lapins?

Ce sont de petits êtres fragiles qui ont été couvés par leurs parents.

Ils ont grandi dans la ouate, le coton.

Ils gribouillaient un dessin sur un bout de papier? C’était un chef-d’œuvre!

Ils avaient 62 % en mathématiques? Ça ne fait rien, l’important, c’est de passer; bravo, tu as fait des efforts!

Jamais de blâme, jamais de réprobation.

Que des bons mots, tout le temps.

Pour ne pas heurter leur estime d’eux-mêmes...

LE ROI DES LAPINS

À force d’être protégés, choyés, maternés, chouchoutés, dorlotés, bichonnés, les lapins en sont venus à croire que le monde ressemblait à un royaume enchanté.

Voilà pourquoi ils aiment tant Justin Trudeau. C’est un lapin comme eux! Le premier lapin élu à la tête d’un pays!

Pour lui, le monde est rempli d’arcs-en-ciel, de licornes, de pouliches roses...

Un monde doudoune. Un monde pastel. Un monde gnangnan.

Avant, l’école aidait les enfants à sortir des jupes de leur mère et à faire l’expérience de la vraie vie.

Il y avait des bousculades à la récré, de la compétition, des heurts, des chocs.

Plus maintenant.

Aujourd’hui, l’école est l’extension des jupes de maman. On a effacé toutes les aspérités.

Tout est doux, ouaté, confortable, chaleureux.

Parfait pour les lapins!

Plus d’accrochages, plus de bagarres, plus de chahut.

Personne ne coule, personne ne se fait pousser en bas de la montagne de neige, personne ne reçoit de ballon dans le visage, personne ne se donne rendez-vous au «rack à bicycles» pour régler ses comptes.

Tout est fait pour que les lapins restent lapins le plus longtemps possible.

LA CHASSE AUX LAPINS

C’est même comme ça à l’université!

Les discours qui peuvent choquer et bousculer les lapins sont bannis, la rectitude politique enveloppe les lapins dans du papier bulle, on a créé des «zones protégées» afin que les lapins ne soient pas confrontés à des idées qui pourraient leur faire de la peine, les secouer, les amener à se poser des questions...

Mais un jour, à 28-29 ans, les lapins quittent l’université et se retrouvent dans «le vrai monde».

Ils sont confrontés à la vraie vie! À la jungle! À la forêt où de gros ours poilus mangent des lapins au petit-déjeu­ner, où on trouve même des chasseurs de lapins!

Alors que font les lapins?

Ils s’offusquent! Ils s’offensent! Ils s’indignent! Ils s’insurgent! Ils protestent! Ils se scandalisent!

Ils crient au meurtre dès qu’ils voient une image qui ne cadre pas avec tout ce qu’ils ont pu voir dans leur monde de lapins!

Ils se roulent en boule et ils pleurent! Ils gémissent!

Au meurtre! À l’assassinat! Au massacre!

On tue les lapins! Où sont les arcs-en-ciel, les licornes, les pouliches?

Pourquoi tout ce gris? Où sont passées les belles couleurs pastel?

TOUT DOUX

Un mononcle épais cruise une fille de façon malhabile? C’est la culture du viol!

Un gars se déguise en Chinois à l’Halloween? C’est du racisme!

Il faudrait que tout soit doux, soyeux, aucune confrontation, aucune âpreté, aucune rugosité.

Pauvres, pauvres lapins...

 
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.