/finance/business
Navigation

Hydro veut discuter avec Terre-Neuve

Des dossiers chauds pour le PDG de la société d’État

Hydro veut discuter avec Terre-Neuve
Photo Agence QMI, Toma Iczkovits

Coup d'oeil sur cet article

La vie n’est pas un long fleuve tranquille pour le président-directeur général d’Hydro-Québec, Éric Martel, en poste depuis dix-huit mois.

Éric Martel était l’invité de Pierre Bruneau à Carte d’affaires, sur les ondes de TVA. Beaucoup de dossiers chauds sont sur son bureau.

Hydro-Québec a énormément de défis, la surproduction, notamment, qui oblige à écouler du côté de la Nouvelle-Angleterre. Ce n’est pas toujours évident...

«On a des surplus d’électricité, d’énergie, qui sont disponibles pour nos voisins, l’Ontario, la Nouvelle-Angleterre et New York. Il y a des possibilités, mais on est limité par le nombre d’interconnexions qu’on a avec certains de ces États. On en a suffisamment avec l’Ontario, mais eux aussi ont des surplus. C’est donc complexe. On est en train de travailler avec tout le monde, afin de trouver des solutions.»

Le gouvernement fédéral a consenti un milliard de dollars à Terre-Neuve pour une nouvelle ligne qui va contourner le Québec et concurrencer vos marchés aux États-Unis. Comment vont les négociations avec Terre-Neuve ?

«C’est un dossier qui dure depuis plusieurs décennies. On aimerait s’entendre et améliorer le partenariat avec Terre-Neuve. Je crois profondément qu’on pourrait faire des choses ensemble qui seraient bénéfiques pour tout le monde.

Ça demeure un dossier difficile à faire avancer. Il y a clairement une croyance chez les Terre-Neuviens que le Québec a signé un contrat béton. C’est vrai qu’on a un très bon contrat. On est allé 17 fois en cour et on a toujours gagné. Je ne veux pas qu’on célèbre ça. On est prêt à discuter. Les Terre-Neuviens ont des projets, ils veulent exporter davantage, et il y a des choses qu’on pourrait regarder pour améliorer la situation. On ne veut pas rouvrir le contrat. Il y a d’autres choses qui pourraient être bénéfiques à tout le monde, comme travailler ensemble sur le marché ontarien.»