/finance/business
Navigation

Plus de 400 mises à pied chez SNC-Lavalin

Bloc SNC-Lavalin
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

SNC-Lavalin a procédé au licenciement de 405 salariés au Canada, dont 186 à Montréal, répartis dans six bureaux, dont son siège social. Cela touche toutes les catégories d’emplois, ingénieurs, techniciens, employés de bureau, etc.

C’est le secteur minier qui est le plus frappé, avec 70 % des postes supprimés.

À l’inverse, le secteur pétrole et gaz n’a connu qu’une seule mise à pied. «On doit s’ajuster à la réalité des marchés dans lesquels on fait affaire», dit le porte-parole de SNC-Lavalin, Louis-Antoine Paquin. C’est la nature de l’industrie, poursuit-il. «On est dans un roulement assez constant. Il y a des embauches et des mises à pied fréquentes.»

SNC-Lavalin compte 39 000 employés, soit 2000 de plus qu’au début de 2016. Le géant de l’ingénierie compte embaucher quelque 1200 personnes dès le début de 2017, dans son secteur infrastructure. «On soumissionne sur différents projets au Canada. Le gouvernement fédéral annonce des investissements massifs, et il y a le projet de réseau électrique métropolitain (REM), à Montréal.»

Le secteur du nucléaire pourrait aussi voir l’ajout de 300 nouveaux employés, notamment pour le déploiement de réacteurs CANDU, en Chine et ailleurs, et dans le projet de remise en état de la centrale nucléaire de Darlington, en Ontario.

SNC-Lavalin s’est donné comme objectif de dégager une marge d'exploitation ajustée de 7 % l'an prochain. Celle-ci s'est établie à 4,3 % au cours des neuf premiers mois de 2016.