/opinion/columnists
Navigation

Rambo et Les Bougon

Rambo et Les Bougon
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

On croirait une opération arrangée avec le gars des vues.

Juste comme Bernard «Rambo» Gauthier annonce son arrivée en politique, le film Votez Bougon s’apprête à sortir sur nos écrans!

Fabienne Larouche, Jean-François Pouliot et François Avard doivent danser le limbo dans leur salon.

Ils ne pouvaient rêver d’une meilleure pub!

C’est à se demander si «la grande gueule de la Côte-Nord» n’est pas sur leur liste de paie...

TERMINUS, TOUT LE MONDE DESCEND

Un conseil: lorsque vous irez voir le film Votez Bougon, le 16 décembre prochain, assurez-vous de porter un imperméable.

Ça revole en effet de tous bords, tous côtés.

On n’aura jamais vu un si gros «F*** you» cinématographique. Tout le monde en prend pour son rhume!

Les libéraux, les péquistes, les écolos, le milieu des affaires, les syndicats, les assistés sociaux, la droite, la gauche, les médias, le peuple, les vedettes.

Il y a même un gag sur les musulmans qui risque de faire capoter la Commission des droits de la personne.

À côté de ça, les films d’Elvis Gratton sont des Minutes du Patrimoine.

Je crois que, dans le cynisme, on ne peut pas aller plus loin.

Les scénaristes François Avard, Jean-François Mercier et Louis Morissette dynamitent tout sur leur passage: les politiciens sont des crosseurs, les journalistes sont des menteurs, les vedettes sont des guidounes, les électeurs sont cons...

À la fin de cette charge à fond de train, il ne reste plus rien. Que l’amour, la famille.

Le reste est un vaste champ de ruines livré à la vermine.

MIEUX VAUT AVANT QU’APRÈS

Que vient faire Rambo là-dedans?

Comme Paul Bougon (Rémy Girard), qui se fait élire sous la bannière du Parti de l’Écœurement national, Bernard Gauthier tente de surfer sur le ras-le-bol de la population.

«Votez pour moi, je ne peux pas être pire que les autres.»

Rambo a un dossier criminel? Il a été condamné pour intimidation? Bof, au moins, il n’y aura pas de surprise!

Vaut mieux apprendre que le gars est prêt à tout pour arriver à ses fins AVANT de voter pour lui, non? Comme ça, les choses sont claires.

«What you see is what you get.»

Tu as la chlamydia? Dis-le-moi avant que je couche avec toi, au moins, je pourrai me protéger...

Quand on regarde Votez Bougon, on a de la difficulté à croire que le film a été écrit avant que Trump ne saute dans l’arène politique tellement il colle à l’époque.

C’est comme si Fabienne Larouche et sa bande avaient pris notre température rectale.

ELLE EST OÙ, LA SORTIE ?

On sort de ce carnage jouissif, cruel et décapant en se disant: «Woah... Et maintenant, on fait quoi?»

On envoie tout revoler et on se retire dans nos terres comme Marc Labrèche à la fin de L’âge des ténèbres, ou on tente de reconstruire quelque chose de neuf sur ces ruines?

C’est vraiment Trump, la réponse à cet écœurement? Ou, pour le Québec, Rambo?

On est rendu là? Vraiment?

Il n’y a pas d’autres issues, d’autres alternatives?