/news/currentevents
Navigation

Exposé à de la porno juvénile, un agent porte plainte

Coup d'oeil sur cet article

SURREY | Un agent de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) de la Colombie-Britannique a déposé une plainte affirmant souffrir d’un trouble de stress post-traumatique après avoir été transféré dans une unité chargée des délits sexuels.

L’agent Michael Wardrope estime avoir été surexposé à des images de pornographie juvénile et soutient que ses supérieurs l’ont harcelé, ce qui aurait déclenché chez lui une dépression nerveuse, a rapporté vendredi le Vancouver Sun.

Entré dans la police montée en 2007, ce résident de Maple Ridge en Colombie-Britannique a été muté au service de l’unité chargée des abus sexuels en 2009.

Préoccupations

S’il a ressenti une certaine fierté devant ce poste aux crimes majeurs, il avait tout de même émis quelques réserves et avait exprimé ses préoccupations avant de se joindre à cette équipe. En tant que père de trois enfants, il s’est demandé s’il était vraiment sain pour lui d’être exposé à des images de pornographie juvénile.

Un supérieur lui aurait alors assuré que son travail consisterait avant tout à prendre le témoignage des enfants. Pourtant, trois mois et demi après la prise de ses fonctions, Michael Wardrope aurait été confronté à des images de pornographie juvénile sans qu’on lui offre un soutien moral. Il aurait fini par développer des symptômes de dépression nerveuse.

Même s’il a été transféré dans une autre unité 10 mois plus tard, un syndrome de stress post-traumatique lui a été diagnostiqué en 2012 et depuis, il a pris plusieurs congés de maladie.

Il assure que ses supérieurs ont abusé de leur pouvoir et l’ont intimidé, négligeant les procédures de la GRC. Il demande des dommages généraux qui n’ont pas été développés.