/news/currentevents
Navigation

Décès au chantier La Romaine: Rambo veut une commission d’enquête

Quatre décès depuis sept ans au chantier La Romaine

GEN-HYDRO-ELECTRICITE-ROMAINE
TVA NOUVELLES Depuis 2009, quatre travailleurs sont décédés sur le chantier La Romaine.

Coup d'oeil sur cet article

SEPT-ÎLES | Bernard Rambo Gauthier et la FTQ demandent une commission d’enquête sur le nombre élevé de décès sur les chantiers d’Hydro-Québec, particulièrement à La Romaine.

Au chantier La Romaine sur la Côte-Nord, quatre travailleurs ont perdu la vie depuis sept ans, dont deux depuis le mois d’août, ce qui porte à trois le nombre de morts sur les chantiers dirigés par Hydro-Québec en 2016. Face à ce nombre qu’elle juge trop élevé, la FTQ Construction exige la tenue d’une commission d’enquête concernant la sécurité sur les chantiers de la société d’État.

Désolation

Le corps de Luc Arpin, décédé vendredi vers 22 h 50 alors qu’un mur de roche s’est écroulé sur sa pelle hydraulique, se trouve toujours dans la cabine. «Il semble que l’on n’est pas prêt d’aller chercher le corps enseveli», se désole Bernard Gauthier.

«La première préoccupation est de sécuriser les lieux, affirme la porte-parole de la CNESST sur la Côte-Nord Louise Bertrand. Nous ne permettrons pas l’installation de câbles pour descendre des gens tant qu’Hydro-Québec ne nous aura pas soumis une méthode sécuritaire.»

Les inspecteurs en santé et sécurité ont ordonné l’arrêt des travaux samedi à 15 h au portail amont de la galerie de dérivation du futur barrage Romaine 4, où l’accident mortel est survenu.

La CNESST estime que les accidents mortels sur le chantier La Romaine ne sont pas comparables. Ils sont étudiés de façon indépendante. Concernant le nombre d’accidents, Louise Bertrand, de la CNESST, rappelle qu’il s’agit du plus important chantier de construction au Québec depuis 2009.

Le père de Steeve Barriault, un autre opérateur de pelle hydraulique décédé en mars 2015, craint «un chantier de la mort à Romaine 4. L’entreprise EBC essaye d’aller vite, parce qu’Hydro-Québec accorde des bonis pour devancer l’échéancier», s’inquiète Clément Barriault de Havre-St-Pierre.

Comité spécial

Hydro-Québec a créé un comité spécial qui sera dirigé par le PDG Éric Martel pour se pencher sur la sécurité sur ses chantiers.