/news/currentevents
Navigation

Pierre Karl Péladeau poursuit l'ex-conjoint de sa compagne

Il reproche à l’ex-conjoint de sa nouvelle compagne une atteinte à la réputation et à la vie privée

Pierre Karl Péladeau poursuit l'ex-conjoint de sa compagne
Photo Ben Pelosse

Coup d'oeil sur cet article

Pierre Karl Péladeau a entamé hier une poursuite civile de 322 000 $ pour atteinte à la vie privée et à la réputation contre l’ex-conjoint de sa nouvelle compagne, qui s’est enlevé la vie en octobre dernier.

«Dès le moment où Daniel Lacombe a été informé de la relation amoureuse entre son ex-conjointe et M. Péladeau, il s’est lancé dans une inlassable vengeance, une vindicte acharnée visant à détruire cette relation», peut-on lire dans le document de cour déposé en Cour supérieure du Québec.

L’ancien chef du Parti québécois, qui a quitté la vie politique en mai dernier, dresse de nombreuses critiques à M. Lacombe, à qui il reproche une «intention de nuire préméditée» et «sans se soucier des conséquences pouvant s’ensuivre».

Messages dénigrants

Selon la poursuite, Daniel Lacombe aurait­­ commencé à envoyer des messages dénigrants et menaçants à M. Péladeau dès la fin septembre.

«Lundi je vais être en mode attaque et de protège [sic] mes enfants face à cette merde qui est cette situation. Les requins nage [sic] avec des Requins. Sache que tres tres bientôt nous allons nous rencontre [sic]», donne en exemple le document de cour.

Les messages, dont certains sont considérés comme menaçants, n’auraient pas cessé, si bien que l’ancien président de Québecor a dû embaucher une firme de sécurité privée lors des obsèques de la défunte, Marie-Christine Couture.

Pierre Karl Péladeau poursuit l'ex-conjoint de sa compagne
Photos d’archives

Julie Snyder

Stratagème pour nuire

Toujours selon la poursuite, Lacombe se serait même «allié» avec Julie Snyder, l’ex-conjointe de M. Péladeau, «dans le but de mettre en place un stratagème visant à nuire [au couple] et ayant pour but de leur rendre la vie intolérable le plus possible».

Il se serait même emparé de l’ordinateur de son ex-conjointe pour le remettre à l’équipe de Mme Snyder afin de monter un dossier contre elle.

Le tout a culminé quand M. Lacombe a contacté La Presse. Après le décès de Mme Couture, un reportage où plusieurs détails, que M. Péladeau considère relever de la vie privée, ont été dévoilés.

«En médiatisant les faits [...], Lacombe a fautivement porté atteinte à leur vie privée et réputation respective en plus de violer les règles de confidentialité des litiges familiaux», peut-on lire dans la poursuite.

À moins d’un règlement à l’amiable, la poursuite sera présentée à un juge d’ici les prochaines semaines.

Extraits de la poursuite civile

«Daniel Lacombe s’est livré à une vengeance sans précédent [...] dans le but d’exercer [...] une pression insoutenable qui puisse ruiner à la relation [entre M. Péladeau et Mme Couture].»


«Avant d’utiliser la cupidité de La Presse afin de détruire la relation amoureuse [...], les moyens par lesquels Lacombe s’est employé à porter atteinte à leur vie privée et réputation [...] ont constamment augmenté en intensité.»


«Lacombe est également entré en communication avec plusieurs personnes auprès desquelles il s’est employé à dépeindre négativement M. Péladeau et à le diffamer sans réserve.»


«Non satisfait de médiatiser les faits se rapportant à la vie privée de son ex-conjointe et de M. Péladeau, Lacombe [...] s’est immiscé dans le litige familial existant entre le demandeur et Julie Snyder.»


«Les atteintes fautives de Lacombe [...] ont causé à M. Péladeau un stress important et l’ont exposé à l’inquiétude paralysante de devoir vivre sur la place publique le deuil de sa nouvelle compagne.»


«L’on ne saurait imaginer pire atteinte à la vie privée ni pire dérapage que ce soit de sa vie personnelle, que de se retrouver malgré soi-même au cœur d’un litige familial que l’une des parties expose sans retenue sur la place publique comme l’a fait Lacombe.»