/entertainment/music
Navigation

La voix de Jen Roger s’est éteinte

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL |  Celui qui attirait les foules au cabaret montréalais la Casa Loma dans les années 1950, le chanteur de charme Jen Roger, né Roger Marcotte, est décédé à Montréal le mardi 13 décembre, en après-midi, à l’âge de 88 ans.

Son ami de longue date, le journaliste et chanteur Roger Sylvain, a annoncé la nouvelle sur sa page Facebook mercredi, rapportant que «Jen était parti en douceur».

Roger Marcotte est né à Montréal le 24 juin 1928. À l’aube des années 1950 et pour plusieurs décennies ensuite, il a fait carrière dans les cabarets et enregistré un grand nombre de chansons dont «Toi ma richesse», «Sous les ponts de Paris», «Buona fortuna», «Ça c’est l’amour», «La fontaine des amoureux» ou encore «Twist contre twist» qu’il chantait en duo avec Denise Filiatrault.

Ancien résident du Chez nous des artistes pendant quelques années, Jen Roger vivait depuis un certain temps déjà au CHSLD Éloria-Lepage, sur l’avenue de la Pépinière à Montréal, ont confirmé d’anciens voisins, joints par l’Agence QMI.

Outre la chanson, il a aussi animé à la radio et à la télévision, dans des émissions à forte saveur musicale.

«Quand je l’ai visité dimanche dernier, il m’a fixé pendant toute ma visite. J’ai vu une grande tristesse dans ses yeux et il tenait ma main tellement fort, c’est comme s’il m’avait dit: ¨Je veux partir, j’en ai assez¨ et moi je tentais par tous les moyens de meubler la conversation sans laisser l’émotion paraître», a partagé Roger Sylvain sur sa page Facebook.

Jen Roger vivait humblement, en retrait de la vie exaltante qui l’avait propulsé au sommet il y a plusieurs années. Il habitait seul et sans enfant. Sa soeur décédée il y a quelques années, il lui restait un frère, André Marcotte.

Roger Sylvain a confié à l’Agence QMI qu’il prenait plaisir, il n’y a pas si longtemps encore, à remonter sur la scène, pour reprendre quelques-uns de ses succès, dans de courtes prestations.

«À partir du moment où il chantait, il revivait. Il a eu une carrière énorme dans les années 1950, parmi les premiers véritables crooners du Québec. C’était une vedette populaire», a mentionné Roger Sylvain.