/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Pourquoi le Québec a peur du luxe?

Coup d'oeil sur cet article

Depuis le 7 décembre, le Casino de Montréal accueille un restaurant de grand luxe, l’Atelier Joël Robuchon.

«Pourquoi est-ce que nos taxes (Loto-Québec) servent à financer­­ un établissement français, alors qu’on a ici d’excellents chefs?» se demandent plusieurs.

Je pense plutôt qu’en invitant Joël Robuchon, on vient de mettre Montréal, et tout le Québec, «sur la mappe».

Pour utiliser une métaphore de joueur de poker, le Casino a fait un pari qui pourrait rapporter très gros.

UN AMBASSADEUR POUR LE QUÉBEC

Robuchon, c’est une rock star, le chef le plus étoilé au guide Michelin (31 étoiles).

Robuchon, c’est une marque archiconnue, comme Chanel ou Rolls Royce­­.

Avec un Atelier de Joël Robuchon, le Québec va attirer une clientèle qui n’aurait normalement jamais mis les pieds ici, entre deux cônes orange et un sapin laid.

Il existe partout à travers le monde, des foodies (cuisinomanes selon l’OQLF) qui ne voyagent qu’en fonction des étoiles Michelin, de Copenhague à Barcelone.

Oui, les chefs québécois ont une excellente réputation à l’étranger. Sauf qu’aucun de ces noms (Laprise, Vézina, McMillan­­) n’est aussi connu que le nom Robuchon.

Une fois que nos foodies étrangers bourrés de fric auront goûté à un repas Robuchon, ils vont aller où le lendemain? Chez Toqué à Montréal, chez L’Initiale ou Laurie Raphaël à Québec, ou au Bic chez Colombe St-Pierre.

Le Casino investit dans une attraction touristique qui va avoir des retombées économiques pour tout le Québec. Le seul problème, c’est que cette attraction est luxueuse et qu’au Québec, on a un problème, très judéo-chrétien, avec le luxe.

La porte-parole du casino affirme que l’Atelier de Montréal est le seul Atelier de Robuchon où tous les employés (directeur­­, chef exécutif, sous-chef, etc.) sont des locaux. Il paraît aussi que 70 % des produits sont des produits locaux.

Quand Robuchon est venu au Québec, il a capoté sur nos «chevreuils d’une qualité exceptionnelle» et nos «noix de Saint-Jacques qui n’ont strictement rien à envier à celles qu’on déguste en France», selon le HRI mag.

Et il a capoté sur... nos fromages! Les Français sont habituellement tellement chauvins!

Quand le chef le plus étoilé au monde va se promener partout sur la planète en vantant la qualité des produits québécois, ça va valoir des millions en publicité.

NÉS POUR UN PETIT PAIN ?

Vous me direz: «Pourquoi est-ce que le gouvernement finance­­ un établissement de luxe, où la majorité des gens ne pourront jamais mettre les pieds?».

Le site culinaire Eater a calculé que la vaisselle Bernardaud et la coutellerie Christofle du resto du Casino pourraient avoir coûté jusqu’à 80 000 $.

Un Atelier Joël Robuchon, c’est un resto de grand luxe. On y mange dans de la grande vaisselle. Ça fait partie du concept. Surtout quand le repas coûte 250 $ avec les vins.

Il faut dépenser de l’argent pour faire de l’argent, n’importe quel entrepreneur va vous le confirmer.

On n’attire pas une clientèle friquée, qui va dépenser son fric sur les tables de poker puis se promener partout au Québec­­, en lui servant de la poutine, même au foie gras, dans des assiettes «ben ordinaires».