/news/currentevents
Navigation

Des élèves donnent 400 cadeaux de Noël

Ils feront ainsi le bonheur de 200 enfants défavorisés

cadeaux granby
Photo Éliane Thibault La vingtaine d’élèves de secondaire 1 du Collège Mont Sacré-Cœur de Granby ont emballé quelque 400 cadeaux en deux heures au son de la musique de Noël.

Coup d'oeil sur cet article

GRANBY | Une classe de secondaire 1 a réussi à amasser 400 cadeaux pour les enfants défavorisés. Le nombre est tel que chaque enfant recevra un cadeau à Noël et un autre à sa fête.

C’était jour d’emballage jeudi pour les 23 élèves du volet engagement communautaire du Collège Mont Sacré-Cœur de Granby. Ils ont emballé 400 cadeaux en deux heures.

«Les premières années, on amassait entre 25 et 75 cadeaux. Mais au fil des années, les élèves impliqués ont continué de participer et aujourd’hui, on réussit à parrainer 200 enfants», explique Louis-André Côté, l’enseignant responsable du volet engagement communautaire.

La liste avec le nom des 200 enfants est fournie par le CLSC. Depuis un mois, l’école recueille les cadeaux achetés par les donateurs. Une fois emballés, ceux-ci sont envoyés dans un organisme local, la Fondation Roger-Talbot, qui s’occupe de l’entreposage et de la distribution.

Anonymat

Les cadeaux ne sont pas remis directement aux enfants, mais bien à leurs parents. Ces derniers peuvent ainsi choisir de l’offrir en leur nom ou au nom du père Noël. Certains élèves tentent parfois de glisser des cartes de souhaits en douce.

«Il y a l’orgueil des parents à respecter. Ces gens ne tiennent pas à ce que leur enfant sache qu’ils n’ont pas les moyens d’acheter des cadeaux. Ça ne nous donne rien de plus», précise M. Côté.

«À six ans, quand tu reçois un cadeau sur lequel il est écrit “de la part d’Isaac”, c’est plate quand tu crois encore au père Noël. C’est important de garder la magie de Noël», ajoute Isaac Dupont, un élève de secondaire 4 qui a déjà participé au projet.

Tradition qui perdure

L’adolescent de 15 ans collabore toujours, même s’il n’est plus dans la classe de M. Côté depuis trois ans. L’argent qu’il a amassé l’été dernier avec la tonte de gazon lui a permis d’acheter une voiture téléguidée pour un garçon de huit ans.

«J’ai acheté ça parce qu’à cet âge, j’aurais voulu en recevoir une à Noël. J’espère que ça va le rendre heureux», raconte-t-il, les yeux brillants.

Cédric Breton, 14 ans, s’est lui aussi laissé tenter par un jouet qu’il aurait aimé recevoir. Grâce à son salaire de plongeur dans un restaurant, ce dernier a investi 80 $ sur un fusil à balles de mousse.

Laurence Constantin a investi la somme amassée en une semaine de gardiennage pour acheter une poupée Barbie à une fillette de cinq ans.