/news/politics
Navigation

Légalisation du cannabis: Trudeau favorable à l'âge de 18 ans

Justin Trudeau qualifie de «compromis raisonnable» la proposition émise par un groupe de travail de fixer à 18 ou 19 ans l’âge minimal pour consommer légalement du cannabis.
Photo Agence QMI, Matthew Usherwood Justin Trudeau qualifie de «compromis raisonnable» la proposition émise par un groupe de travail de fixer à 18 ou 19 ans l’âge minimal pour consommer légalement du cannabis.

Coup d'oeil sur cet article

Justin Trudeau est favorable à l’idée de fixer à 18 ans l’âge minimal selon lequel les jeunes pourront consommer légalement du cannabis et entend déposer un projet de loi d’ici le printemps prochain.

Le premier ministre réagissait, jeudi, au rapport rendu public cette semaine par le groupe de travail mandaté par son gouvernement pour se pencher sur la légalisation et la réglementation du cannabis.

Le groupe de travail présidé par l’ex-ministre de la Justice, Anne McLellan, a émis 80 recommandations sur lesquelles s’inspirera la future loi du gouvernement Trudeau.

Il suggère notamment d’établir un âge minimal pour l’achat de cannabis à 18 ans au Québec, comme c’est le cas pour l’alcool, mais à 19 ans dans d’autres provinces.

M. Trudeau a qualifié le travail du groupe «d’excellent» et s’est dit «confiant» que son gouvernement pourra déposer un projet de loi au printemps prochain.

Selon lui, fixer à 18 ans l’âge minimal est un «compromis raisonnable», même si certains estiment que 25 ans est l’âge minimum souvent cité comme étant celui auquel le développement du cerveau est stabilisé.

«C’est certain qu’on est toujours appelé à faire des choix pour accommoder la réalité, pour accommoder les préoccupations, pour accommoder la science et ce que je trouve, c’est que la proposition d’avoir 18 ans ou 19 ans dans certaines provinces pour être aligné avec l’âge de majorité à travers le pays, c’est un compromis raisonnable», a affirmé M. Trudeau.

«On sait que les plus grands méfaits de l’utilisation de la marijuana se passent à un âge plus bas que 18-19 ans et je pense que c’est une approche responsable que nous avons trouvée en terme d’équilibre pratique et utile», a poursuivi le premier ministre.

Selon le groupe de travail, l’âge de 25 ans est jugé «comme irréaliste, parce que cela donnerait beaucoup de champ libre au marché illicite».

Le rapport d’une centaine de pages suggère aussi que le fédéral règlemente la production, mais que les ventes au détail soient encadrées par les provinces en collaboration avec les municipalités.

La vente du cannabis serait toutefois interdite dans les lieux où l’alcool est vendu, telle que la SAQ. Des salons de dégustation pourront par contre voir le jour et les interdictions actuelles sur l’usage du tabac dans les lieux publics devraient s’appliquer à la consommation de produits du cannabis.