/news/health
Navigation

Moisissures au siège social de la CSDM

L’état de santé du personnel est «préoccupant»

Coup d'oeil sur cet article

Il n’y a pas que des écoles de la Commission scolaire de Montréal qui ont de la moisissure. Les bâtiments du siège social sont eux aussi problématiques, au point où l’état de santé du personnel est «préoccupant», selon un rapport.

«J’ai des rougeurs aux yeux épouvantables. J’ai tout le temps des crises d’allergie, avec les sinus bloqués», a confié au Journal une employée des bâtiments principaux du siège administratif de la Commission scolaire de Montréal (CSDM), où travaillent 766 personnes.

Cette employée, qui préfère taire son nom afin de ne pas nuire à son emploi, a même été en arrêt de travail pendant plusieurs jours pour cette raison.

Infiltrations d’eau

Ces symptômes sont partagés par trop d’employés pour que ce soit une coïncidence, conclut une enquête de la santé publique du CIUSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal datée d’octobre, mais qui n’avait pas été médiatisée.

Infiltrations d’eau et moisissures sont les principaux exemples de la désuétude relevés par les employés des bâtiments, dont l’état de santé est «préoccupant».

Selon le rapport, 60 % du personnel a présenté des symptômes nasaux, tels que la congestion, au cours des six mois précédant le sondage. «On s’est assurés qu’il ne s’agissait pas de symptômes dus au rhume», dit le Dr Stéphane Perron, coauteur du rapport.

Le sondage révèle aussi que 11 % du personnel a reçu un diagnostic d’asthme, une proportion plus élevée que dans la population du même âge.

Les auteurs ne recommandent pas d’évacuation du bâtiment, mais un transfert des employés ayant les problèmes de santé les plus sérieux.

Rénover ou reconstruire ?

«Il y a eu des décennies de sous-investissement dans les infrastructures, et quand on a recommencé à avoir du financement plus adéquat, on a d’abord investi dans les écoles», explique Catherine Harel-Bourdon, présidente de la CSDM. C’est donc pourquoi la maçonnerie et les fenêtres sont à refaire.

La CSDM en est présentement à trouver le meilleur scénario entre construire, rénover et déménager. Un dossier sera monté afin d’obtenir un financement spécial. «Jamais on ne va prendre de l’argent qui va dans nos écoles [pour ces travaux]», insiste la présidente.

Plusieurs écoles de la CSDM qui ont été fermées pour moisissures ces dernières années sont encore en chantier.