/opinion/columnists
Navigation

La marijuana et le cerveau

NETHERLANDS-LIFESTYLE-SOCIAL-CRIME-MARIJUANA-FILES
Photo AFP La consommation de marijuana aurait un impact majeur sur le développement du cerveau, selon nombre d’études.

Coup d'oeil sur cet article

Dans l’excitation autour de la légalisation de la marijuana, serions-nous en train de laisser derrière nous des principes élémentaires de protection de nos jeunes? Le rapport remis au gouvernement cette semaine présente comme une évidence que ce produit devrait être accessible au même âge que l’alcool. Donc 18 ans au Québec.

Cette suggestion semble avoir été acceptée au nom du fait que ce serait la plus simple du point de vue commercial. À 18 ans, tu as droit à tout. Or la moindre consultation de la documentation médicale sur le sujet soulève des questions nettement plus fondamentales.

La consommation de marijuana a un impact majeur sur le développement du cerveau selon nombre d’études. Certaines vont jusqu’à évoquer une baisse du quotient intellectuel chez les gens ayant consommé du cannabis en trop jeune âge.

25 ans

Une étude publiée en avril dernier dans le Journal of Neuroscience établissait que la consommation régulière chez des jeunes de 18 à 25 ans engendre des anomalies importantes dans différentes régions du cerveau. Des anomalies aux conséquences très négatives.

Une étude de l’École de médecine de l’Université Harvard affirme que la consommation de marijuana ne devrait pas survenir avant «le début ou le milieu de la vingtaine» étant donné que le cerveau est «toujours en construction» à cette période.

La chercheuse et psychiatre Gabriella Gobbin de l’Université McGill soutient que l’âge minimal pour se procurer du cannabis advenant la légalisation devrait être 25 ans. Selon elle, «le cannabis augmente les désordres cognitifs, et à long terme». En octobre dernier, la directrice de la Santé publique d’Ottawa recommandait aussi de le fixer à 25 ans pour des raisons semblables.

Dans l’opposition, les libéraux aimaient marteler que les conservateurs n’écoutaient pas les scientifiques. Il me semble que sur un sujet aussi sensible que la santé mentale et le développement intellectuel de nos jeunes, l’opinion des scientifiques ne peut pas être mise au rancart.

Le rapport se contente de dire que hausser l’âge est irréaliste puisque cela ouvre une porte au marché noir. On a sans doute aussi en tête la perte d’une grosse clientèle, donc de revenus pour l’État.

Fait à noter, en fixant l’âge à 18 ans, le Canada deviendrait l’endroit où l’on vendrait la marijuana aux plus jeunes clients. Le Colorado et l’État de Washington, souvent cités en exemple, autorisent la vente de cannabis à partir de 21 ans. Les trois ans de plus font une énorme différence dans le développement du cerveau.

Et les ados ?

Évidemment, la politique officielle du gouvernement canadien consiste à réduire l’accès au cannabis pour les adolescents. Dans leur cas, les dommages sur le développement du cerveau sont encore plus graves.

Là encore, sommes-nous si certains du succès auprès des jeunes? Il existe un danger que les vautours continuent de tourner autour des écoles pour approvisionner les mineurs. Si en plus quelques «courtiers en herbe» de 18 ou 19 ans se font un commerce d’achat légal et de revente aux mineurs, alors l’accès sera au contraire accru.