/opinion/columnists
Navigation

Sondages: qui dit vrai ?

Sondages: qui dit vrai ?
Photo Améli Pineda

Coup d'oeil sur cet article

La faune politique québécoise se gratte la tête devant les résultats très divergents obtenus par les sondages de CROP et de Léger. Essayons de démêler tout ça.

On peut être de gauche ou de droite avec d’excellents arguments. C’est une question de valeurs.

On peut être fédéraliste ou souverainiste avec d’excellents arguments. C’est une question de valeurs.

On peut préférer Radio-Cana­da ou TVA. C’est une question de goût.

Un sondage, ce n’est pas pareil. C’est une mesure scientifique de l’état de l’opinion publique à un moment donné.

À ce moment précis, y a-t-il 20 % ou 30 % ou 35 % des gens qui voteraient pour tel ou tel parti?

C’est l’un ou l’autre, et ce n’est pas une affaire de goût ou de valeurs.

Le chiffre que vous avancez est vrai ou faux. That’s it that’s all.

On ne peut pas dire qu’on sait «ben» que CROP est «proche» du PLQ et que Léger est «proche» du PQ. On mesure bien ou mal.

Rigueur

Habituellement, les deux firmes ont des résultats assez convergents.

Le 23 novembre, un sondage CROP-La Presse, réalisé du 16 au 21 novem­bre, avançait que le PLQ serait à 36 %, la CAQ à 26 %, le PQ à 24 % et QS à 11 %.

L’explication serait que les souverainistes quittent le PQ. La Presse en a fait une manchette.

Deux semaines plus tard, le 5 décembre, des élections partielles ont eu lieu dans quatre circonscriptions.

Le PLQ encaisse la pire défaite de son histoire lors d’élections complémentaires: 11 % dans Saint-Jérôme, 13 % dans Marie-Victorin. Dans Verdun, il gagne, mais baisse de 15 % par rapport à l’élection générale de 2014.

Bref, il est radicalement impossible de réconcilier les résultats du sondage CROP-La Presse avec ceux des élections partielles tenues quelques jours plus tard.

La faible participation lors d’une élection partielle pourrait-elle expliquer cet écart?

Oui, s’il s’agissait d’une élection dans une seule circonscription ou dans deux circonscriptions voisines.

Cependant, lorsque des élections ont lieu simultanément dans quatre régions aussi différentes (Montérégie, Lanaudière, Montréal, Centre-du-Québec), on peut extrapoler plus largement.

Neuf jours après ces élections partielles, le 14 décembre, CROP et La Presse ont publié un nouveau sondage réalisé du 7 au 12 décembre.

Le PLQ – êtes-vous bien assis? – monterait encore. Après répartition des indécis, il serait à 38 %.

La satisfaction à l’égard du gouvernement grimperait à 40 %. Le PLQ ferait même une percée dans les régions francophones. Oui, monsieur!

Mystère

Vous êtes sceptique? Vous n’êtes pas le seul.

Tout d’un coup, c’est comme si la déroute des partielles ne s’était jamais produite.

Tout d’un coup, on se demande pourquoi Philippe Couillard songe à un remaniement pour relancer son équipe.

Les chiffres récents de Léger ne soulèvent pas les mêmes doutes parce que les élections partielles ont servi de test.

Des rumeurs circulent sur les difficultés financières de CROP, le départ récent d’employés importants, la composition de son échantillon, etc.

La crédibilité est un cristal très fragile.