/auto/news
Navigation

Son voyage de 21 000 km ne lui a coûté que 13 $ d’électricité

Un Montréalais a fait le tour des États-Unis à bord d’une voiture sans essence économisant ainsi 3000 $

Coup d'oeil sur cet article

Un Montréalais a voyagé plus de 21 000 kilomètres à travers le Canada et les États-Unis pendant deux mois en voiture Tesla. Une aventure qui lui a coûté un mince 13 $ en électricité.

«Les Québécois ont l’impression qu’une voiture électrique est incapable de faire de longues distances sans tomber en panne à cause de la batterie. Donc je tenais absolument à défaire le mythe qu’il n’est pas possible de faire de longs voyages dans une voiture électrique, et c’est réussi!» s’exclame Lance Neveu, grand sourire à la bouche.

Pendant son voyage de 52 jours, le Montréalais Lance Neveu a parcouru plus de 21 000 kilomètres dans sa voiture électrique Tesla pour se rendre en Californie avant de revenir au Québec en passant par la Floride. Il voulait démontrer qu’il est possible de faire de longs voyages en voiture électrique. M. Neveu a profité de son roadtrip pour prendre des photos de paysages grâce à son drone.
Photo Christopher Nardi
Pendant son voyage de 52 jours, le Montréalais Lance Neveu a parcouru plus de 21 000 kilomètres dans sa voiture électrique Tesla pour se rendre en Californie avant de revenir au Québec en passant par la Floride. Il voulait démontrer qu’il est possible de faire de longs voyages en voiture électrique. M. Neveu a profité de son roadtrip pour prendre des photos de paysages grâce à son drone.

En octobre dernier, le Montréalais a quitté la ville pour faire un roadtrip en solo de 52 jours en Tesla. Son objectif: se rendre jusqu’à l’usine de Tesla, en Californie, en passant en premier par Thunder Bay, en Ontario. Il a ensuite traversé les États-Unis jusqu’en Floride avant de remonter au Québec.

«Le voyage est un rêve que j’ai depuis longtemps. J’adore voir les paysages et voyager avec ma caméra. Donc, quand je me suis entendu avec ma femme pour partir, je me suis acheté un drone, et je me suis arrêté chaque fois que je voyais quelque chose de beau que je voulais prendre en photo», raconte le quinquagénaire semi-retraité qui a travaillé comme compositeur de trames sonores.

Longue préparation

M. Neveu ne le cache pas: il lui a fallu plusieurs semaines de planification pour s’assurer d’avoir suffisamment de bornes de recharge sur son chemin et ne jamais tomber en panne.

De plus, il a l’avantage de pouvoir se servir des stations de superchargeurs de Tesla: des bornes de recharge gratuites et hyper rapides – une heure environ – réservées uniquement aux propriétaires de voitures Tesla.

Une station de superchargeurs purement alimentée par de l'énergie solaire.
Photo courtoisie, Lance Neveu
Une station de superchargeurs purement alimentée par de l'énergie solaire.

Ainsi, il n’a dû payer pour recharger sa voiture que deux fois: une fois à Gatineau en utilisant une borne d’Hydro-Québec (3 $) et une autre dans un camping à Monument Valley, dans le désert de l’Arizona (10 $).

S’il avait prévu camper tout le long du voyage, la température automnale l’a plutôt poussé à opter pour des motels qui lui coûtaient environ 50 $ la nuit. Il estime tout de même avoir économisé plus de 3000 $ d’essence en roulant à l’électricité.

Mais il est aussi pleinement conscient qu’avec un prix de vente de 100 000 $, sa Tesla P85 est loin d’être accessible à tous.

Il croit toutefois que même les voitures électriques moins chères sont aussi capables d’un tel voyage.

 

Un roadtrip 100 % électrique

À 2 kilomètres de la panne

Même s’il a planifié son trajet en fonction de l’accessibilité de bornes électriques, Lance Neveu est tout de même passé extrêmement proche de voir sa batterie de voiture à plat, à deux reprises.

À un moment, son auto lui disait même qu’il lui restait à peine 2 kilomètres d’autonomie avant de tomber en panne.

«Je n’ai jamais vraiment eu peur de manquer de jus, mais à ce moment-là, j’étais surtout curieux de savoir ce qui arriverait à la voiture si je tombais à zéro. Est-ce qu’il y a une petite batterie additionnelle qui embarque? Je le saurai une autre fois!» s’exclame l’automobiliste.

« C’est quoi ces voitures électriques ? »

La bataille est loin d’être gagnée pour l’automobile électrique aux États-Unis, où certaines personnes ne savent même pas qu’elles existent déjà, dit Lance Neveu.

«Une fois, lorsque j’étais arrêté à une halte routière, un camionneur est venu me voir pour me demander quelle voiture je conduisais, car il n’en avait jamais vu avant. Quand je lui ai expliqué que c’était une voiture électrique Tesla, il m’a répondu: “C’est quoi ces voitures électriques?” Disons que j’ai sursauté un peu», raconte le Montréalais en riant.

Voiture d’Elon Musk ?

Photo courtoisie, Lance Neveu

Le Montréalais avoue avoir eu un petit moment de groupie lorsqu’il croit avoir aperçu la Tesla d’Elon Musk, le fondateur de l’entreprise, à une borne de recharge dans un quartier cossu de la Floride.

«Je ne sais pas si elle était à lui, mais la rumeur est que toutes ses Tesla sont plaquées avec le nom de son projet spatial, «Falcon 9». Je n’ai pas osé toucher la voiture avec ma main, mais j’ai vraiment failli», rigole Lance Neveu.

Aucun accident, sauf...

À son grand étonnement, l’excursion de 21 189 km de Lance Neveu s’est déroulée sans accidents, accrochages ou défaillances mécaniques.

Or, le seul dommage survenu sur sa voiture consiste en des marques dans la porte du conducteur occasionnées par... un chien!

«J’ai rencontré quelqu’un qui avait un chien très, très sympathique, à tel point qu’il a essayé de me sauter dessus pendant que j’étais encore dans la voiture. Malheureusement, ses griffes ont laissé une marque dans la peinture de ma porte», raconte en rigolant le Montréalais.

Voyage impossible il y a deux ans

Selon l’adepte des voitures électriques, son excursion de 21 000 km à travers le continent n’aurait jamais été possible il y a deux ans, alors que les réseaux de bornes de recharge étaient loin du niveau qu’on retrouve aujourd’hui.

«Il y a quelques années, j’aurais eu de la difficulté à me rendre en Floride, et la Californie aurait été quasiment impossible en deux mois. Mais maintenant, des bornes s’ajoutent à la centaine chaque année, et les longs voyages deviennent de plus en plus faciles à planifier», dit celui qui a déjà voyagé à deux reprises en Floride en Tesla, et s’est même rendu en Gaspésie avec sa voiture.

 

Partager l’électricité entre proprios

 

La communauté de propriétaires de voitures électriques est tellement tissée serrée que des milliers d’entre eux n’hésitent pas à inviter de purs inconnus de passage à venir recharger leurs automobiles gratuitement chez eux.

C’est notamment grâce à des sites web comme Plugshare, où des résidents peuvent afficher des bornes de recharge personnelles, que Lance Neveu a réussi à faire le tour des États-Unis en Tesla sans jamais tomber à plat.

«Je me suis fait plein de nouveaux amis parce que pendant que je rechargeais la voiture, ils m’accueillaient parfois chez eux ou on sortait manger», raconte M. Neveu.

«Il y a vraiment une communauté qui s’est bâtie autour de ces voitures parce qu’on veut tous que la technologie prenne son envol et devienne le plus populaire et accessible possible. Donc, chacun collabore pour rendre l’automobile électrique plus facile à utiliser», continue-t-il.

Durant son voyage, le Montréalais s’est servi au moins une dizaine de fois des bornes résidentielles aux États-Unis.

Réseau à améliorer

D’ailleurs, M. Neveu croit qu’Hydro-Québec a beaucoup de travail à faire pour amener son réseau de 766 bornes électriques au niveau de celui de nos voisins du Sud.

«À plusieurs endroits, il n’y a qu’une borne de disponible. Donc, si quelqu’un s’en sert déjà, ça peut vouloir dire quatre heures d’attente avant de pouvoir commencer sa recharge. Ça ajoute pas mal de temps à un voyage de quelques heures», analyse-t-il.

 

Le voyage en chiffres

  • Kilomètres parcourus: 21189
  • Énergie consommée: 4679.5KW/H
  • Autonomie maximale de la Tesla P85: 600 km
  • Essence économisée: 2542 litres, ou 3305,47 $ selon son calcul
  • Quantité d’émissions économisées: 5763 tonnes de CO2
  • Électricité payée: 13 $