/news/consumer
Navigation

5 astuces pour survivre aux soldes du temps des Fêtes

5 astuces pour survivre aux soldes du temps des Fêtes
PHOTO d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Lili Marchand est fondatrice du blogue Onmagasine.ca, une plateforme interactive influente dans l’univers du couponing et des stratégies d’achat au Québec. Elle propose cinq trucs pratiques pour mieux consommer après Noël et éviter de s'épuiser.

  • No 1 : Miser sur l’achat en ligne

Le web compte un éventail de possibilités beaucoup plus large qu’en magasin de nos jours. «C’est vraiment mieux, on ne se fait pas suer à passer des heures à attendre, puis en plus, on a la capacité de voir venir, d’acheter d’avance en fonction de ce qui nous intéresse», a-t-elle indiqué en entrevue téléphonique.

Sachant que 42 % des Canadiens sont limités sur le plan financier selon un récent sondage Interac, le fait de tout régler sur internet permettrait aussi de mieux gérer ses dépenses.


  • No 2: Favoriser le Vendredi fou

Les soldes de l'Après-Noël (en anglais, Boxing Day) n’étant plus ce qu’ils ont jadis été, aux dires de Mme Marchand, le fameux Vendredi fou (en anglais, Black Friday) devient de plus en plus intéressant. «Le Boxing Day, ce sont des choses qui n’ont pas été vendues, du stock passé date autrement dit, alors que le Black Friday est beaucoup plus profitable, a-t-elle noté. Les magasins ont le temps d'y regarder ce qui s’est plus ou moins vendu.»


  • No 3 : Tenir un budget rationnel

L’établissement d’une planification financière minimale demeure essentiel. «Un bon budget, ce n’est pas de regarder ce qui te reste sur le crédit, mais bien de voir ce qu’on est vraiment en mesure de payer, de rembourser éventuellement», a-t-elle noté.

Elle mentionne également la possibilité de jumeler son compte bancaire à PayPal et d’acheter en ligne sans avoir à augmenter sa dette de crédit. 


  • No 4 : Cerner ce que l’on veut en fonction du marché

Au lendemain de Noël, les aubaines de dernière minute du temps des Fêtes attirent plus du tiers de la population canadienne.

En moyenne, une personne sur trois craindra également de trop dépenser.

Afin d’éviter ces dilemmes, Lili Marchand suggère de faire l’état des prix en présence sur un marché. «Il faut cerner d’abord ce qui nous intéresse vraiment, a-t-elle poursuivi. On peut ensuite observer les prix d’avance, et voir s’il s’agit vraiment d’une aubaine.»


  • No 5 : S’efforcer de faire la différence entre besoins et désirs

Même si elle peut paraître évidente, la dualité entre besoins et désirs mérite d’être soulignée, selon Lili Marchand. Celle-ci estime que le consommateur a souvent tendance à isoler le phénomène des grandes ventes et à oublier qu’en réalité, celles-ci sont présentes à longueur d’année.

«Les commerçants vont encore et toujours vouloir vendre, et les rabais ne finiront pas demain pour autant, a-t-elle indiqué. On voit les gens acheter sans cesse, mais ça sera encore là.»