/world/europe
Navigation

La Turquie pleure ses morts

Des milliers de policiers ont été déployés pour traquer le terroriste à l’origine de l’attentat du Nouvel An

Des Turcs transportent le cercueil de Yunus Gormek, 23 ans, qui est décédé dimanche lors de l’attentat à la discothèque Reina.
Photo AFP Des Turcs transportent le cercueil de Yunus Gormek, 23 ans, qui est décédé dimanche lors de l’attentat à la discothèque Reina.

Coup d'oeil sur cet article

Deux jours après l’attentat de la nuit du Nouvel An à Istanbul en Turquie qui a fait 39 morts et 65 blessés, la police tente toujours d’identifier le tireur en cavale.

La police turque a désormais en main les empreintes digitales et une description physique du tireur, a déclaré hier le vice-premier ministre turc Numan Kurtulmus. Il promet d’identifier rapidement le terroriste, dont le portrait est maintenant diffusé. Des milliers de policiers sont à ses trousses.

Nuit de terreur

Peu après 1 h, dans les premiers moments de 2017, le suspect est sorti d’un taxi près de la discothèque Reina, située au bord du Bosphore.

Il a empoigné une arme longue du coffre, avec laquelle il a froidement tué un policier et un civil à la porte du Reina.

Une vidéo partagée sur le web le montre faire ensuite irruption dans le club bondé. Dans les minutes suivantes, le forcené a tiré à bout portant sur la foule estimée à 700 personnes.

Des médias turcs ont rapporté que le tireur portait une tuque de père Noël et aurait changé de vêtements. Le premier ministre turc Binali Yildirim a nié ce détail, tout en ajoutant que l’assaillant «a profité du chaos pour s’enfuir».

Le Groupe armé État islamique (EI) prétend avoir commandé l’attaque. Dans un communiqué publié en mi-journée dimanche et traduit par le réseau Al-Jazeera, le tireur est qualifié de «soldat héroïque du Califat», et le club Reina «la plus célèbre des clubs où les chrétiens célèbrent leur fête apostate».

Puis, hier, la police antiterroriste turque a arrêté huit suspects en lien avec l’attentat, sans donner plus de détails.

Turquie visée

L’attaque d’Istanbul n’est pas étrangère à la volte-face de la Turquie dans la guerre en Syrie, selon Sami Aoun, professeur titulaire de sciences politiques à l’Université de Sherbrooke.

«Les islamistes radicaux sentent qu’Erdogan [le président turc] les a trahis en s’alliant avec la Russie et le gouvernement syrien», croit le spécialiste du Moyen-Orient.

«Un courant islamiste conservateur est en puissance en Turquie, et met en péril son modèle laïc», précise-t-il.

Hier, le média turc Hurriyet avançait que le suspect pourrait être lié à la cellule qui a organisé l’attaque contre le principal aéroport d’Istanbul qui a fait 47 morts le 28 juin dernier.

– Avec AFP, le Boston Globe et BBC

Recherché

Des Turcs transportent le cercueil de Yunus Gormek, 23 ans, qui est décédé dimanche lors de l’attentat à la discothèque Reina.
Photo courtoisie

Des images du tireur ont été captées par une caméra de surveillance de la discothèque Reina.

Des Turcs transportent le cercueil de Yunus Gormek, 23 ans, qui est décédé dimanche lors de l’attentat à la discothèque Reina.
Photo courtoisie

Les autorités turques ont aussi publié un portrait plus clair du suspect.

Discothèque Reina

La discothèque Reina est située sur une chic avenue au bord du Bosphore, détroit qui sépare la partie européenne d’Istanbul de sa partie asiatique. Le lieu a été décrit comme «incontournable» pour les touristes désireux de faire la fête dans cette ville cosmopolite.

Les survivants du Reina racontent

« Il y en a qui ont sauté dans l'eau alors qu'il faisait -5°. Les rafales n'arrêtaient pas. On pensait vraiment qu'ils étaient plusieurs parce que ça ne s'arrêtait pas. »

– Yunus Turk, touriste français de 25 ans

«Avant de comprendre quoi que ce soit, mon mari m’est tombé dessus. J’ai dû lever plusieurs corps pour m’extirper de là»

– Sinem Uyanik, cliente du Reina

«Je l’ai vu approcher, et tirer sur chacun d’entre nous. [...] Il tirait sur des gens qu’il avait déjà touchés »

– Jake Raak, touriste américain blessé par balles

Sources : BBC, LCI, NBC News

Une Canadienne périt dans l’attentat

Alaa Al Muhandis
Photo courtoisie
Alaa Al Muhandis
  • Parmi les 39 personnes tombées sous les balles du tireur d’Istanbul, 27 étaient des touristes.
  • Alaa Al Muhandis, une mère de deux enfants qui habite Milton, près de Toronto, fait partie des victimes, a rapporté le réseau CBC.
  • Elle se serait rendue en Jordanie il y a deux mois pour une visite familiale, et ses proches ignoraient qu’elle se trouvait en Turquie, selon le réseau public.
  • Les corps de ressortissants de 14 pays autres pays ont aussi été identifiés par les autorités.
  • Des touristes de l’Inde, du Maroc, de la Jordanie, de la Russie, de l’Arabie saoudite et du Koweït comptent au nombre des victimes.