/news/currentevents
Navigation

Un million $ en bonis pour les hauts fonctionnaires de Montréal

Les syndicats et l’opposition officielle dénoncent ce cadeau en période de coupes

Un million $ en bonis pour les hauts fonctionnaires de Montréal
photo d’archives, ameli pineda

Coup d'oeil sur cet article

Les contribuables montréalais ont donné un très beau cadeau de Noël l’an dernier aux hauts fonctionnaires de la Ville, qui se sont partagés près de 1 M$ en bonis de rendement. Une somme qui fait rager les syndicats municipaux.

Au total, les 181 hauts dirigeants de la métropole se sont partagé pas moins de 926 184 $ en bonis en 2015, en plus d’une rémunération totale de 26,6 M$. C’est le plus important montant de bonis remis depuis au moins 2013, selon des données obtenues via une demande d’accès à l’information.

C’est un bond de 16 % par rapport aux 800 000 $ remis l’année précédente. Pourtant, il n’y a que 10 cadres qui se sont ajoutés à la masse salariale pendant la même période.

«C’est inacceptable et aberrant. La direction ne cesse de couper chez ses employés, et ensuite se félicite en se donnant de gros bonus. Quand tu es en mode économie, tu es en mode économie partout», s’insurge le président du syndicat des cols blancs de Montréal, Alain Fugère.

Autant lui que la branche québécoise du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), qui chapeaute le syndicat des cols bleus, dénoncent le fait que le maire Denis Coderre a récemment annulé l’indexation de 1 % du fonds de pension des retraités municipaux, tout en permettant de tels bonis aux cadres.

«La Ville de Montréal souffre d’obésité morbide dans sa structure de direction, et il se perd un montant d’argent fou (...) parce que chaque arrondissement doit avoir sa propre direction. Les bonis sont la cerise en trop sur un très mauvais sundae», se révolte le porte-parole du SCFP-Québec, Marc Ranger.

Jusqu’à 20 000 $ de bonis

En plus de détenir le plus important salaire de la Ville (321 300 $), c’est le directeur général Alain Marcoux, qui a reçu le plus grand boni de rendement (19 221 $) en 2015.

Il est l’un des 10 cadres qui ont réussi à gonfler leur salaire de plus de 10 000 $ grâce aux montants forfaitaires.

«Son bonus représente presque la moitié de mon salaire comme agent de stationnement, avant que je sois libéré par le syndicat. C’est 20 000 $ tout simplement pour avoir fait son travail», martèle M. Fugère.

Plus de transparence

Pour sa part, l’experte en politique municipale Danielle Pilette ne s’étonne pas du montant de bonis payés aux cadres. Selon elle, ceux-ci sont récompensés quand ils sont capables de réduire la taille de leurs services respectifs.

Elle est toutefois d’avis que la structure de la Ville est toujours beaucoup trop grosse et que les règles qui entourent la remise de bonis devraient être plus claires.

«La rémunération des employés municipaux à Montréal est de loin parmi les meilleures au Québec. Les Montréalais veulent comprendre pourquoi on récompense des employés qui sont déjà très bien payés», explique la professeure à l’UQAM.

– Avec la collaboration de Sarah-Maude Lefebvre

Des primes justifiées, selon la Ville

La Ville de Montréal croit que les bonis remis aux cadres ont leur raison d’être, et jure avoir davantage coupé dans la rémunération de la direction que dans celle des employés syndiqués l’an dernier.

En décembre 2015, la Ville a resserré son processus d’octroi de bonis aux cadres et depuis, chaque montant (versé en boni) «sert à reconnaître la contribution supplémentaire au-delà de la description de tâches de l’employé», indique par courriel la porte-parole Linda Boutin.

En même temps, les cadres ont vu leur nombre d’heures travaillées passer de 35 à 37,5 par semaine sans augmentation de salaire, et ont dû augmenter les cotisations à leur régime de retraite et leurs assurances collectives. Au total, leur rémunération horaire a été grugée jusqu’à 14 %, calcule la Ville.

«À titre comparatif, l’effort demandé aux syndiqués représente entre 5 et 6 % de réduction», ajoute Mme Boutin.

Un «comité de calibrage», formé notamment du directeur général et de ses adjoints, revoit annuellement les bonis remis aux cadres.

L’opposition choquée

Pour sa part, la chef de Projet Montréal croit que le maire Coderre a menti aux Montréalais lorsqu’il a promis en 2014 de réduire la taille et la masse salariale de la fonction publique.

Elle dénonce également le fait que l’administration donne des primes, tandis que les arrondissements sont obligés de couper dans les services aux citoyens.

«Les arrondissements sont rendus à couper dans les heures d’ouverture des bibliothèques, des patinoires et des centres communautaires. Mais d’un autre côté, on remet de plus en plus de bonis à la haute direction. C’est inacceptable», s’est insurgée Valérie Plante.

Pour sa part, le cabinet du maire a indiqué que «notre préoccupation constante est de remettre de l’ordre dans les finances de la Ville par un contrôle rigoureux des dépenses».

Rémunération des cadres en 2015

Alain Marcoux 
Un million $ en bonis pour les hauts fonctionnaires de Montréal
Photo CHRISTOPHER NARDI
Directeur général
 
Salaire : 321 300 $
 
Bonus : 19 221 $

Sylvain Perras 

Directeur du Service des technologies de l'information
 
Salaire : 190 000 $
 
Bonus : 14 201 $

Rachel Laperriere 

Directrice d'arrondissement de Montréal-Nord
 
Salaire : 170 800 $
 
Bonus : 11 801 $

Alain Dufort 

Directeur général adjoint
 
Salaire : 208 402 $
 
Bonus : 11 428 $

Benoit Dagenais 

Directeur général adjoint
 
Salaire : 213 095 $
 
Bonus : 10 957 $

Jacques Marleau  

Directeur du Service des finances et trésorier adjoint
 
Salaire : 208 080 $
 
Bonus : 10 892 $