/news/currentevents
Navigation

Un infirmier de l’Hôtel-Dieu de Québec radié un an pour avoir consommé des narcotiques au travail

Coup d'oeil sur cet article

Un infirmier de l’Hôtel-Dieu de Québec a été radié de la profession pour un an après qu’il eut reconnu avoir consommé des narcotiques au travail et laissé traîner des seringues souillées.

Le conseil de discipline de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) a rendu sa décision le 6 décembre dernier après qu’Égide Fontaine eut plaidé coupable aux deux chefs d’infractions reprochés.

L’infirmier de 25 ans d’expérience avait été embauché en 1990 en tant qu’employé permanent de nuit, dans la salle de réveil de l’hôpital. Ce rôle l’amenait régulièrement à travailler seul, sauf lorsqu’il avait besoin de soutien supplémentaire.

Difficultés de sommeil

À l’automne 2014, M. Fontaine commence toutefois à vivre certaines difficultés de sommeil. Afin de déterminer si cela «allait lui faire du bien», il s’injecte une dose de Versed, un hypnotique et sédatif à action rapide. Au départ, l’infirmier n’accepte pas ce qu’il vient de faire, mais il récidive un peu plus tard. L’homme d’âge mûr a avoué qu’un an plus tard, en 2015, il consommait du Versed à chaque quart de travail.

«Pris dans un piège», M. Fontaine déclare avoir souffert de ses actions, mais qu’il ignorait comment s’en sortir. Jamais l’employé n’a ainsi été en mesure de formuler une demande de soutien concrète.

Au nom de la profession

En audience, l’avocate de l’ordre, Cindy Gosselin, a souligné qu’il était essentiel, au nom de la profession, d’imposer des sanctions assez sévères pour que le public ne perde pas confiance dans le réseau infirmier du Québec, et ce, même si M. Fontaine est demeuré très collaboratif.

Pendant plus d’un an, les collègues de M. Fontaine auraient mis la main sur des seringues déjà utilisées dans le bloc opératoire, ce qui représente, selon l’avocate, un risque important pour la santé de tous.

De plus, des seringues non sécurisées avec du sang et des vials de Versed ont aussi été trouvés de façon aléatoire dans différents secteurs, apprend-on dans la décision.

L’infirmier s’est fait coincer en janvier 2016 par des caméras de sécurité. Il a été congédié le 21 janvier 2016 par le CHU de Québec.