/world/middleeast
Navigation

Abbas met en garde Trump contre un transfert de l’ambassade américaine

Mahmoud Abbas
Photo d'archives, AFP Mahmoud Abbas

Coup d'oeil sur cet article

BEIT SAHOUR - Le président palestinien Mahmoud Abbas a prévenu vendredi le président élu Donald Trump que le déménagement de l’ambassade des États-Unis en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem représentait une «ligne rouge» et que les Palestiniens ne l’accepteraient pas.

«Toute déclaration ou prise de position qui remet en cause ou modifie le statut de Jérusalem est une ligne rouge, et nous ne l’accepterons pas», a dit M. Abbas selon le texte publié par l’agence palestinienne Wafa d’un discours qu’il devait prononcer à Beit Sahour près de Bethléem, en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël.

Si l’ambassade est déplacée à Jérusalem, «le processus de paix au Moyen-Orient, et même dans le monde, en subira les graves conséquences», a dit M. Abbas qui a cependant invité M. Trump à venir en visite dans les Territoires palestiniens.

M. Trump a promis pendant sa campagne de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël et de déplacer l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem. Il romprait ainsi avec la politique historique des Etats-Unis qui est aussi celle de la très grande majorité de la communauté internationale.

Le statut de Jérusalem est l’une des questions les plus épineuses d’un règlement du conflit israélo-palestinien qui se fait toujours attendre.

Israël proclame tout Jérusalem sa capitale indivisible, y compris Jérusalem-Est, la partie majoritairement palestinienne de la ville, qu’Israël occupe depuis 1967 et qu’il a depuis annexée. Les Palestiniens veulent faire de Jérusalem-Est la capitale de l’Etat auquel ils aspirent.

M. Trump a nommé en décembre comme futur ambassadeur en Israël David Friedman qui, aussitôt désigné, a dit avoir hâte de remplir sa mission «dans la capitale éternelle d’Israël, Jérusalem».

Le déménagement de l’ambassade est une «très grosse priorité» de M. Trump, a dit en décembre une proche conseillère du président élu, Kellyanne Conway, citée dans les médias.