/sports/hockey/canadien
Navigation

McCarron a gagné le respect

SPO-CANADIENS
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO | L’allure de cette rencontre a failli tourner à un certain moment de la deuxième période, le Canadien semblant quelque peu déstabilisé par certains assauts des Leafs.

Cependant, aucun d’entre eux n’a tendu l’autre joue. Les troupiers de Michel Therrien ont montré que leurs liens étaient tissés serrés en se portant à la défense les uns des autres.

Chapeau bas à Michael McCarron, qui n’a pas hésité à jeter les gants devant Matt Martin, un colosse d’expérience dans le circuit Bettman.

«Ce n’était peut-être pas la meilleure idée de réagir ainsi, mais jamais je ne laisserai un coéquipier se faire brutaliser de la sorte», a indiqué le gaillard du Canadien.

Voilà le genre de geste qui permet à une recrue d’obtenir beaucoup de respect de la part de ses frères d’armes.

«Sur le banc, les gars ont aimé voir leurs coéquipiers aller à la guerre», a déclaré Michel Therrien, heureux de la réponse de ses ouailles au jeu physique des locaux.

Sur la même séquence, Bobby Farnham et Frédérik Gauthier en sont également venus aux coups, ce qui leur a valu une expulsion.

Debout pour les gardiens

Encore une fois, Carey Price a reçu de la visite dans son demi-cercle lorsque Zach Hyman est entré en collision avec lui.

«Ils ont chargé Carey sur un jeu en particulier. Mais j’ai aimé la réaction des arbitres et également de mes joueurs», a soutenu l’entraîneur du Canadien.

Frappé par Alexeï Emelin, l’attaquant des Maple Leafs a culbuté par-dessus le gardien du Canadien, ce qui lui a valu quelques taloches de la part de Shea Weber.

«On se porte à la défense de nos deux gardiens. On veut que tout le monde sache qu’on prend soin d’eux. Ils sont une partie importante de nos succès», a expliqué Weber, qui a payé une deuxième visite à Hyman à la toute fin du second engagement.

Babcock, un admirateur de Weber

D’ailleurs, appelé, en matinée, à se prononcer sur le défi que représentait le fait d’affronter un défenseur comme Weber, Mike Babcock a sorti ses airs de pince-sans-rire, dont lui seul a le secret: «Il peut vous fracturer un pied, une main, une jambe.»

Plus sérieusement, l’entraîneur des Maple Leafs a ajouté: «Quand il est dans les parages, il fait de vous une meilleure personne. Avec lui, il n’y a pas de niaisage. Il peut faire énormément pour ses coéquipiers, pour une concession et même pour une ville!

«Je me mets à la place des enfants de Montréal qui le voient faire uniquement de bonnes choses tant sur la patinoire qu’à l’extérieur. C’est tout un modèle à suivre. Je suis un très grand fan.»

Peut-être l’était-il un peu moins au terme de la rencontre...