/lifestyle/family
Navigation

Les mystères du ronronnement

Red kitten
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Avouez que c’est fascinant d’entendre un chat ronronner de plaisir. Le mien part toujours son «petit moteur» lorsqu’il vient nous rejoindre dans le lit pour la nuit. On associe souvent les ronronnements au plaisir, mais saviez-vous que ce n’est pas toujours le cas? Mais, tout d’abord, comment les chats font-ils pour ronronner?

Des études ont démontré que les chats ronronnent en se servant des muscles du larynx (l’organe situé dans la gorge et abritant les cordes vocales) et du diaphragme, le muscle respiratoire qui sépare le thorax de l’abdomen, en les faisant bouger rapidement et de façon intermittente. On parle de 20 à 30 mouvements musculaires par seconde, tout cela pendant que le chat inspire et expire. C’est l’air qui se frappe sur les muscles en mouvements qui produirait ce son que l’on entend, le ronronnement. Celui-ci a donc lieu pendant toute la séquence respiratoire, à l’inspiration et à l’expiration; il n’arrête pas mais change plutôt d’intensité de volume.

Majoritairement, les vibrations produites lors du ronronnement sont entre 24 et 140 hertz. La fréquence fondamentale du ronronnement est à 24 hertz puis viennent ses harmoniques les plus présentes, jusqu’à 140 hertz. En terme musical, il semblerait donc que les minets et les matous de ce monde ronronnent en sol! Bien sûr, le ronronnement est unique d’un chat à l’autre. Certains minous ont un ­ronronnement très bruyant tandis que chez d’autres, il est à peine perceptible.

Des fréquences thérapeutiques

Étrangement, ces fréquences vibratoires, entre 24 et 140 hertz, auraient des propriétés thérapeutiques. De nombreuses recherches démontrent que les sons entre 20 et 140 Hz auraient un effet bénéfique sur les os, les muscles, les articulations et les tendons et permettraient de calmer la douleur. ­L’hypothèse en vogue voudrait que le ­ronronnement puisse avoir un pouvoir ­réparateur et contribuerait aussi à réduire la douleur. Le ronronnement serait donc un moyen, pour le chat, de se garder en santé!

Une forme d’auto-apaisement

On entend souvent les ronronnements lorsqu’un chat se fait cajoler ou lorsqu’une femelle nourrit ses chatons. On a donc tendance à associer les ronronnements au plaisir. Toutefois, il faut savoir que les chats ne ronronnent pas toujours de plaisir.

Souvent, les chats vont ronronner pour s’apaiser eux-mêmes lors de situations stressantes, en présence d’une douleur (lorsqu’ils sont blessés ou malades), et même au ­moment de la mise bas. On a aussi entendu des chats ronronner au moment de mourir...

Deux ronronnements distincts

Selon certaines études, il semblerait qu’il y ait un deuxième type de ronronnement ayant des fonctions différentes de celles que l’on vient de voir. Il s’agirait d’un ronronnement de sollicitation.

En effet, certains chats (pas tous) produiraient ce ronronnement lorsqu’ils ont besoin de nourriture ou d’attention de la part de leur propriétaire. Dans ce cas-ci, le ronronnement de sollicitation intègre une fréquence plus haute, plus aiguë, cachée dans le ronronnement de base. Ce ronronnement serait moins plaisant à notre oreille et serait perçu par l’humain comme plus pressant ou urgent.

Il est intéressant de savoir que la fréquence plus aiguë contenue dans ce ronronnement de sollicitation ressemblerait beaucoup aux pleurs d’un enfant. Cette fréquence pourrait donc stimuler notre propension naturelle ou instinctive à soigner ou nourrir un jeune ­enfant.

Faut-il croire que les chats exploitent ce ­filon pour mieux nous contrôler? Quoi qu’il en soit, moi, comme bien d’autres, je suis ­l’esclave de mon chat et je l’aime inconditionnellement!

Mon coup de cœur vétérinaire

Fraise

Red kitten
Photo courtoisie

Fraise est une jolie chatte de 4 ans. Elle est joviale, curieuse et exploratrice. Elle aime jouer à ses heures mais ­préfère surtout recevoir des câlins! C’est une belle boule d’amour! Fraise est stérilisée, vaccinée, vermifugée et micropucée. Venez la visiter du lundi au mercredi de 12 h à 16 h, du jeudi au ­vendredi de 12 h à 19 h et du samedi au dimanche de 11 h à 16 h. Pour nous ­joindre, vous pouvez appeler au (450) 463-7090 ou venir nous voir au 1470 rue de Coulomb à Boucherville.