/sports/hockey/canadien
Navigation

Brendan Gallagher ne changera pas

«Je ne peux pas devenir un autre genre de joueur, sinon je ne suis plus utile», dit l’attaquant

Coup d'oeil sur cet article

Pour la deuxième fois en deux saisons, Brendan Gallagher se retrouve sur la touche pour de longues semaines en raison d’une fracture à la main gauche. Bien que la situation le frustre, il est catégorique: il ne changera pas sa façon de jouer pour autant.

«Je ne peux pas devenir un autre genre de joueur. Si je m’éloigne du devant du filet, je ne suis plus utile», a pointé l’attaquant samedi, durant sa première rencontre avec les médias depuis le match du 4 janvier à Dallas.

C’est lors de ce fameux affrontement qu’il a eu la main fracturée par un puissant lancer de Shea Weber. Une blessure sensiblement identique à celle qu’il avait subie le 22 novembre 2015, lorsqu’un tir de Johnny Boychuk, des Islanders de New York, lui avait brisé deux doigts.

«Je sais que je vais subir des blessures [durant ma carrière], a poursuivi Gallagher. C’est décevant de devoir subir deux opérations en deux ans, mais je dois aller de l’avant. À mon retour, je ferai exactement la même chose.»

Quand Gallagher a retiré son gant après avoir reçu le tir de son coéquipier à Dallas, il a immédiatement su que la situation était grave. L’image de ses doigts étrangement déplacés ne convient pas aux cœurs sensibles. Mais plus que de douleur, c’est de frustration que l’attaquant a grimacé à la vue de sa main.

«C’est probablement encore plus frustrant cette fois, car je sais ce que j’ai vécu l’année dernière. J’espérais que ça ne m’arrive plus jamais et, là, ça survient aussi vite, a-t-il regretté. Mais le bon côté, c’est que je sais ce que je dois faire pour [...] revenir en santé [et] aider l’équipe à nouveau.»

Un jour plus tôt

Gallagher doit attendre que ses points de suture soient retirés avant de reprendre l’entraînement au gymnase. Les médecins de l’équipe estiment que sa convalescence s’étendra sur huit semaines. Le nº 11 espère déjouer ce pronostic et se rétablir plus tôt.

«J’ai choisi le jour de mon retour: une journée de moins que l’an dernier, a rigolé Gallagher. Ça m’a pris 40 jours l’an dernier, j’essaie donc d’y aller pour 39 cette fois. En fait, j’espère reve­nir le plus tôt possible.

«Le même doigt et la même jointure ont été touchés, mais à un endroit différent, a-t-il indiqué. La bonne nouvelle, c’est qu’on peut la traiter comme une blessure différente. Les anciens traitements n’ont pas été affectés.»

Une absence de huit semaines ne permettrait à Gallagher de renouer avec l’action qu’aux environs du 1er mars. Une convalescence de 39 jours nous amènerait plutôt au 13 février. Avec son infirmerie qui déborde, Michel Therrien espère sans doute que les prédictions de son attaquant soient plus justes que les pronostics des médecins!

♦ Avant de se blesser, Brendan Gallagher connaissait une saison difficile sur le plan des statistiques, avec 18 points (6 buts, 12 aides) en 39 matchs.

2015-2016

Date de la blessure:

  • 22 novembre 2015

Cause de la blessure:

  • Un tir de Johnny Boychuk, des Islanders

Durée de la convalescence:

  • 40 jours. Il avait fait un retour le 1er janvier 2016, face aux Bruins

2016-2017

Date de la blessure:

  • 4 janvier 2017

Cause de la blessure:

  • Un tir de son coéqui­pier Shea Weber

Durée de la convalescence:

  • Estimée à huit semaines par les médecins, ce qui mènerait au 1er mars