/news/green
Navigation

Les investissements insuffisants pour freiner le réchauffement

Les investissements insuffisants pour freiner le réchauffement
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Abou Dhabi | Le niveau des investissements dans les énergies renouvelables reste insuffisant pour limiter la hausse des températures à 2° Celsius, a averti l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (Irena) qui a tenu ce week-end son assemblée annuelle à son siège d’Abou Dhabi.

«Même si les investissements dans les énergies renouvelables ont beaucoup augmenté ces dix dernières années (...), leur niveau reste insuffisant pour atteindre les objectifs climatiques», a déploré dimanche le directeur général de l’Irena, Adnan Amin.

«Nous continuons à nous acheminer vers des (augmentations de température) de 2 à 3°C», a-t-il souligné.

La part des énergies renouvelables dans le mix énergétique s’élève aujourd’hui à 18 %. Pour limiter la hausse des températures à 2°C, elle devrait doubler d’ici 2030, selon un rapport de l’Irena.

Baisse de coûts

Les énergies renouvelables et l’amélioration de l’efficacité énergétique permettent de réduire de moitié les émissions de CO2 et de respecter l’objectif de 2°C, note le rapport.

«Les investissements dans les énergies renouvelables doivent passer de quelque 305 milliards de dollars en 2015 à environ 900 milliards de dollars par an entre 2016 et 2030», a précisé M. Amin.

Selon lui, le récent développement de nouvelles technologies a permis une baisse drastique du coût des énergies renouvelables, leur permettant de passer «du statut de niche au statut de solution préférée» comme source d’énergie, malgré la baisse des prix des énergies fossiles.

«Les panneaux solaires sont le meilleur exemple. Leur coût a baissé de moitié depuis 2010 et devrait baisser encore de 60 % dans les dix prochaines années”, projette le rapport.