/world/america
Navigation

Fusillade à Playa del Carmen : séquestrés pendant 3 heures

Fusillade à Playa del Carmen : séquestrés pendant 3 heures
PHOTO AFP

Coup d'oeil sur cet article

Quand les coups de feu se sont fait entendre au Blue Parrot de Playa del Carmen, les employés des bars et les policiers ont fermé les portes des établissements pour limiter le bain de sang, si bien que des clients y sont restés prisonniers pendant trois heures.

C’est ce que raconte Robert Bélanger, gérant au resto-bar Les Tabarnacos situé tout près. Plusieurs de ses amis étaient en ville puisque c’était la soirée de clôture du grand rave BPM. La ville mexicaine accueillait plusieurs DJ de renom.

Selon les témoignages qu’il a recueillis, il y aurait eu deux échanges de coups de feu: le premier dans le bar Blue Parrot, et l’autre, devant le bar La Vaquita situé à proximité, lors d’une intervention policière.

Selon les médias locaux, la fusillade qui a fait cinq morts serait liée à la guerre des cartels de la drogue. C’est aussi ce qu’a entendu M. Bélanger, qui était fier de son pays d’adoption à voir la réaction des forces de l’ordre.

Région sécuritaire

«Les Mexicains sont dépassés par les événements», un peu abasourdis de voir une fusillade se produire dans cette région réputée tranquille et sécuritaire.

«On est complètement à terre. Y’en a pas, de problèmes, ici!» insiste M. Bélanger. «Les problèmes de drogues, c’est aux frontières et ici, on n’a pas de frontière avec les États-Unis», si bien que la région ne connaît pas les violences liées à la guerre des cartels qui terrorise les états nordiques comme le Chihuahua.

«On est déçus de ce qui se passe, mais j’espère que les Québécois n’arrêteront pas de venir», affirme M. Bélanger, convaincu qu’il s’agit d’un événement isolé.