/opinion/columnists
Navigation

Le PQ: en rénovation

Coup d'oeil sur cet article

Il faut plus que des gros bras comme ceux d’Hugo Girard pour rénover le Parti québécois. L’heure est à l’audace, à l’intelligence et à la souplesse – tout en restant constant, monsieur Lisée – et aux coups de poing sur la table quand c’est nécessaire.

La manière Lévesque, quoi.

Jean-François Lisée doit réussir ses rénos, sinon, le parti va s’éteindre dans l’indifférence et la souveraineté va retourner végéter dans la marge.

Trève d’injures

Il est temps de mettre à la poubelle l’agressivité verbale et la hargne qui caractérisent les militants présents sur les réseaux sociaux. Ils font un tort énorme à l’option et se classent parmi les pires ennemis du parti. Jean-François Lisée doit être entendu à ce sujet. C’est sérieux.

Il faudrait aussi que les médias cessent de tendre leurs micros vers les têtes parlantes grises issues de groupuscules d’extrême-gauche, comme l’ex-président de la CSN, Marc Laviolette du SPQ Libre, pour connaitre les réactions des militants aux changements proposés.

Leurs points de vue n’intéressent pas le Québécois moyen, celui qui n’a jamais tout à fait enterré son rêve de voir la République du Québec émerger un jour mais, parce qu’il n’aime pas la chicane et qui par pragmatisme, s’est contenté du statu quo.

Car c’est de cela qu’il s’agit. Actualiser une option qui n’a pas perdu de sa valeur et de sa puissance, seulement de son attrait, pour rassembler un maximum de Québécois de tous horizons.

Pour le Québec

Pas de marquer des points contre les immigrants, les anglos du West Island et tout ce qui bouge au Canada.

L’indépendance pour le Québec, et non pas contre le Canada, pourrait en séduire plus d’uns.

Au lieu de perdre du temps à dénoncer des situations hors de notre contrôle, pourquoi ne pas plutôt plancher sur les possibilités qu’offrirait l’indépendance ? Pourquoi le Québec ne deviendrait-il pas la Suisse de l’Amérique du nord ?

Faites-nous rêver, pas râler.

Je suis persuadée qu’en cette ère de multiculturalisme extrême, plusieurs fédéralistes mous n’attendent qu’à être cueillis. J’en suis.

La posture victimaire postcoloniale et l’appel du Québec liiiiibre ne fonctionnent plus. Ils cachent l’horizon et empêchent les nouveaux venus de s’intéresser à l’option.

Nos vieux ressentiments issus de batailles qu’ils n’ont pas menés ne les concernent pas.

Séduire les jeunes

Efficace et rassembleur, et si on essayait ça ? a demandé le chef au sujet de ses propositions modérées sur la langue.

Plusieurs croient qu’il ne va pas assez loin, qu’il faut interdire le cégep en anglais aux adultes majeurs et vaccinés, mais si aller loin signifie ne jamais atteindre la destination, à quoi bon ?

Le Parti québécois a travaillé fort pour repousser les jeunes au cours des dernières années avec la Charte des valeurs, un nationalisme étroit, la cimenterie polluante en Gaspésie et l’exploration pétrolière à Anticosti. C’est une bonne idée de ne pas en rajouter.

Il restera plus, à la fin du chantier, que de les convaincre qu’à l’instar de la publicité de GM pour la Oldsmobile qui avait mal vieilli, le PQ de Jean-François Lisée n’est plus le PQ leurs parents.