/news/politics
Navigation

9 choses à savoir sur Kevin O'Leary

9 choses à savoir sur Kevin O'Leary
AFP

Coup d'oeil sur cet article

L’homme d’affaires Kevin O’Leary a confirmé mercredi matin sa candidature à la direction du Parti conservateur du Canada (PCC).

Mais, qui est Kevin O’Leary, bien connu au Canada anglais, mais peu au Québec? Voici 9 choses à savoir à propos du multimillionnaire. 

 

1. Il a fait un peu comme Steve Jobs.

Avec un investissement de 10 000 $ de sa mère, O’Leary a lancé la compagnie SoftKey à partir de son sous-sol. SoftKey distribuait des programmes CD-ROM pour Mac et Windows dans les années 80 et 90.

 

2. Le blues du businessman.

Avant de devenir homme d’affaires, O’Leary rêvait de faire carrière en tant que photographe. 

 

3. Il ne parle pas français, bien que né et élevé à Montréal, et peut devenir premier ministre quand même, juge-t-il.

«Mon ADN est au Québec. Je sais comment le Québec fonctionne», citait le McLeans. Il affirme que les Québécois parlent la même langue que lui: «The language of jobs!»

 

4. Barbie l’a rendu millionnaire.

La vente de sa compagnie SoftKey à Mattel en 1999 a fait de lui un multimillionnaire. SoftKey a changé de nom pour The Learning Company.

 

5. Miss America.

En 2015, il a été juge à la 95e compétition de Miss America.

 

6. Mr Wonderful.

O’Leary était un investisseur en capital de risque à The Dragon’s Den, et dans la version américaine Shark Tank. Son surnom? Mr Wonderful.

 

7. C’est fantastique!

Les pauvres devraient se forcer un peu plus, selon lui, très heureux de la nouvelle selon laquelle les 85 individus les plus riches de la planète possèdent davantage que la moitié des humains sur Terre. «Je célèbre le capitalisme!»

 

8. Il a écrit plusieurs livres de conseils pour montrer comment devenir riche.

 

9. Il se lance en politique.

Mais il l’annonce juste après le (seul) débat francophone.