/sports/huntfish
Navigation

Et puis, le fatbike?

Le fatbike est une autre façon de profiter de l’hiver, moins gourmande en conditions ­météorologiques. Son initiation est plus aisée qu’on pourrait penser.
photo d’archives, pierre-paul poulin Le fatbike est une autre façon de profiter de l’hiver, moins gourmande en conditions ­météorologiques. Son initiation est plus aisée qu’on pourrait penser.

Coup d'oeil sur cet article

Fini le temps où les fatbikes, ces mastodontes à deux roues, intimidaient les organisations et autres utilisateurs des sentiers. État de la situation en 2017.

Hiver 2015, Éric Léonard, coordonnateur provincial de l’International Mountain Bicycling Association (IMBA) Canada, m’encadre dans mon initiation au fatbike (mégavélo, vélo balloune ou vélo aux pneus surdimensionnés n’ont pas gagné la course dans le jargon populaire). Ce qui me surprend le plus, après l’aisance avec laquelle on manie la bête dans les sentiers en quelques minutes, c’est toute l’attention de curieux qu’on y reçoit. Deux spécimens d’un sport dans ses balbutiements.

D’hier à aujourd’hui

«À l’époque....», commence Éric Léonard, avant de se rendre compte du ridicule de la formulation. Il faut dire que bien que cela fasse à peine deux ans qu’on ait échangé sur le sujet, il y a eu bien des coups de pédales depuis.

«Il y a deux ans, dit-il, on travaillait fort pour faire connaître le sport et rassurer les municipalités. ­Aujourd’hui, non seulement toutes les villes connaissent le fatbike, mais elles ont adapté leur réseau de sentiers pour plaire à ses utilisateurs. »

C’est que le fatbike se pratique en général sur des sentiers damés et multifonctionnels, partagés avec les randonneurs et les skieurs. Pour y croire, il faut s’enlever l’image du cycliste de route qui défile à vive allure. En sentier, la vitesse de croisière des fatbikes rejoint celle des skieurs, voire des marcheurs. La cohabitation se passe ainsi assez bien, surtout si chaque sportif respecte la politique sur les sentiers. N’exigeant pas des sentiers dédiés, le fatbike est ainsi particulièrement attrayant pour les organisations. Surtout, le sport n’est pas capricieux en condition de neige.

«Si ce n’est pas beau pour le ski ou la raquette, ce l’est probablement en fatbike», résume Éric Léonard.

Fatbike pour tous

Bien que les fabricants aient élargi leur catalogue de vélo pour offrir une entrée de gamme plus abordable qu’il y a deux ans, le prix de la monture reste le frein principal à sa démocratisation. Il est toutefois aujourd’hui plus aisé de s’initier, la location des vélos fatbike n’étant plus réservée aux ­magasins spécialisés. Cette option est privilégiée par bien des adeptes, dont Francis Tétrault, chargé de projet à Vélo Québec.

«On n’a pas d’investissement important à faire ni de vélo à trimballer et à entretenir. On le loue pour une, deux ou quatre heures quelques fois dans la saison et on s’assure d’avoir une belle journée», mentionne Tétrault.

Certains fabricants ont aussi commercialisé des modèles de 20 pouces (ou plus), qui peuvent être adoptés par les enfants dès 6 ans.

«Ce n’est plus que des fanatiques de vélo de montagne qui se lancent dans le fatbike. On peut maintenant voir des familles sur les sentiers damés. Bébé peut même être dans un chariot sur ski en arrière», donne en exemple Éric Léonard.

Et comme le fatbike n’est pas une activité très technique, il est possible de vivre une randonnée agréable dès son initiation.

Ceux qui souhaitent dévaler des sentiers étroits et sinueux y trouvent toujours leur compte. «On peut faire le parallèle avec le ski alpin; la majorité recherche des pistes damées bien entretenues et d’autres aiment l’adrénaline des conditions plus marginales», résume Éric.

«On a toujours fait du vélo l’hiver en sentier. Avant, c’était en vélo de montagne par quelques mordus. Maintenant, grâce aux fatbikes, c’est ­beaucoup plus accessible pour tous», partage Francis Tétrault.

2014 : 12 sites environ 50 km de sentiers

2015 : 35 sites environ 300 km de sentiers

Aujourd’hui : 61 sites + de 940 km de sentiers

Événements de fatbike

En 2015, il y avait la Traversée du lac Saint-Jean en vélo à l’agenda. Aujourd’hui...

21 janvier 2017: Le Gros Mammouth – Et pourquoi pas un 40 km au cœur du Parc national de la Jacques-Cartier? Il s’agit du plus long parcours offert au Québec cet hiver. On peut se rabattre sur le 20 km, advienne qu’on soit un peu ­intimidé – avec raison – par la distance. Renseignements: https://www.coursesmammouth.com/

21 janvier et 4 février 2017 : L’Endurance Run à Sainte-Julie ­propose la formule du cyclocross. Les ­cyclistes doivent parcourir la boucle de 2,5 km en terrain boisé le plus de fois possible au cours d’une durée prescrite selon leur groupe d’âge (entre 20 et 60 min). Renseignements: https://www.endurancerivesud.org/fatbike-1

29 janvier 2017 : L’hibernum de ­Bromont – Bien que le calibre s’y annonce élevé avec des vagues élites, l’événement veut d’abord faire connaître la discipline aux curieux. Renseignements: https://www.bikereg.com/hibernum

10 février 2017 : Le congrès vélo ­d’hiver 2017 – La 5e édition du congrès annuel faisant la promotion du vélo utilitaire hivernal consacrera une journée à la pratique récréative du fatbike. Renseignements: https://www.velo.qc.ca/wcc/

Du 10 au 12 février 2017 : Le Challenge Fat Bike du Mont-Saint-Anne, c’est un critérium sur neige en soirée le vendredi, une descente le samedi et un contre-la-montre le dimanche. Renseignements: Fiche sur Eventbrite

11 février 2017 : La Traversée ­hivernale du lac Memphrémagog – Un costaud 23 km pour les cyclistes aguerris, une boucle de 3 km pour les curieux et une dernière de 500 mètres pour les ­enfants.

18 février 2017 : Vélo sur neige à ­Gatineau dans le cadre du Gatineau Loppet – Boucles de 10 et de 20 km ­offertes. Renseignements: https://www.gatineauloppet.com/27-fevrier-classique/velo-sur-neige/

25 février 2017 : La Grande Traversée du lac Saint-Jean à vélo est devenue un événement phare dans la province. Le parcours de 32 km dans des conditions souvent difficiles attire des participants des quatre coins du globe. Renseignements: velosurlac.com

À surveiller : les soirées spéciales ­organisées par la SEPAQ dans les parcs des Îles-de-Boucherville, d’Oka et du mont Saint-Bruno où les fatbikeux auront un accès exclusif à des sentiers ­multifonctionnels. Renseignements: www.sepaq.com

Pour consulter la liste complète des événements de fatbike en 2017, rendez-vous à https://fqsc.net/montagne/evenements

Pour identifier les sentiers de fatbike à découvrir : https://www.velo.qc.ca/rep_sentiers/