/news/currentevents
Navigation

Québécoise emprisonnée aux Bahamas pour agression sexuelle

Elle est accusée d’avoir eu une relation avec un adolescent de 15 ans lors d’une croisière

Elle est accusée d’avoir eu une relation avec un adolescent de 15 ans lors d’une croisière
Photo courtoisie, Shawn Hanna/The Tribune, Nassau Elle est accusée d’avoir eu une relation avec un adolescent de 15 ans lors d’une croisière

Coup d'oeil sur cet article

Une jeune femme du Centre-du-Québec croupit dans une prison des Bahamas depuis bientôt deux semaines, car elle a été accusée d’avoir agressé sexuellement un ado sur un bateau de croisière.

En tant que représentante de produits érotiques Fantasia, Karine Gagné a remporté une croisière dans les Caraïbes. La femme de 23 ans est partie le 1er janvier dernier, pour cinq jours, avec plusieurs collègues de travail.

«C’était une récompense pour les vendeuses qui vendaient beaucoup», explique son père, Steve Gagné.

Mais la femme de Sainte-Gertrude-de-Bécancour n’est jamais rentrée au Québec. Dans la nuit du 4 au 5 janvier, la mère de trois fillettes a rencontré un Américain au bar du casino.

«Elle était au bar avec ses collègues. Elles s’amusaient, elles dansaient», décrit sa mère Chantale Auclair, d’après des échanges de messages qu’elle a eus avec sa fille.

Karine Gagné et le jeune Américain auraient flirté un peu, avant de se rendre dans une salle de bain pour avoir une relation sexuelle, d’après Mme Auclair. L’homme lui aurait dit qu’il avait 18 ans, mais il en avait plutôt 15.

«Elle m’a dit qu’il mesurait 6 pieds et 1 pouce, avec de la barbe. Elle m’a dit qu’il était consentant», détaille la mère de Karine Gagné.

Lorsqu’ils sont ressortis de la salle de bain, la mère du jeune Américain serait intervenue pour dire que son fils était mineur. Karine Gagné a par la suite été arrêtée par les policiers.

Malentendu

«Il disait à sa mère de ne pas faire ça, mais elle ne l’écoutait pas. Si ma fille avait su son âge, elle n’aurait rien fait avec lui, c’est sûr», affirme Mme Auclair.

Un avis que partage Karyn Lavertu, la patronne de Mme Gagné au bar country-rock Le Rebel de Sainte-Perpétue. «Au bar, elle est payée pour “carter” du monde. Je suis sûre qu’elle lui a demandé s’il avait 18 ans. S’il a dit oui, et qu’elle n’a pas vérifié, c’est peut-être là son problème. Elle ne pense pas que les gens peuvent mentir», dit-elle.

Mineur dans un bar

Le père de Karine Gagné croit que l’ado n’aurait jamais dû se trouver dans le bar. «Elle ne s’est pas méfiée, parce que tout le monde est censé être majeur. Elle a peut-être une part de responsabilité, mais le bateau, le casino et la mère du garçon aussi», plaide-t-il.

Qu’à cela ne tienne, Karine Gagné est toujours détenue dans une prison des Bahamas. Elle a été accusée d’agression sexuelle sur un mineur.

La jeune femme doit revenir devant la Cour suprême des Bahamas le 3 février prochain, pour savoir si elle pourra être libérée sous caution pendant les procédures judiciaires.

– Avec la collaboration de Kariane Bourassa

Sa famille veut la ramener

Les proches de Karine Gagné amassent des fonds pour la ramener au Québec le plus vite possible.

«Revoir ses trois filles, c’est ce qui lui redonne le moral. Elle s’ennuie beaucoup», relate sa mère, Chantale Auclair.

Cette dernière s’est rendue à Nassau, aux Bahamas, le week-end dernier pour voir sa fille.

Pas un hôtel

Piqûres de fourmis, une planche pour dormir, un seau pour faire des besoins: les conditions de détention de Karine Gagné sont exécrables, d’après sa famille.

«J’ai appelé le consulat du Canada­­ pour dénoncer­­ ça. Ils m’ont répondu qu’elle était en prison, pas à l’hôtel», affirme son père, Steve Gagné.

Celui-ci a lancé une collecte de fonds intitulée «Aider ma fille emprisonné à tort au Bahamas» (sic) sur le site de sociofinancement One Dollar Gift. Il souhaite amasser 25 000 $ afin de payer les frais d’avocats et l’éventuelle caution de la jeune femme.

Un marathon musical de 12 heures est aussi en train de s’organiser­­ pour venir en aide à la jeune femme. Il aura lieu le 2 février à la cabane à sucre chez Ti-Père, à Drummondville.