/sports/tennis
Navigation

Eugenie craque à la fin

La Québécoise laisse filer l’avance en troisième manche et subit l’élimination

Coup d'oeil sur cet article

Eugenie Bouchard était tout près d’une première présence au quatrième tour d’un tournoi du Grand Chelem depuis le US Open 2015. Un bris de service subi vers la fin de la manche ultime l’a toutefois privée de cette ambition.

La Québécoise s’est finalement inclinée 6-4, 3-6 et 7-5 au terme de 2 h 21 min de jeu hier soir devant Coco ­Vandeweghe, une puissante Américaine classée 35e au monde.

Les organisateurs des Internationaux d’Australie avaient fait une fleur à ­Bouchard en lui offrant le premier match du jour sur le Rod Laver Arena, le plus grand stade de Melbourne. Un fait rare pour une 47e mondiale, surtout que pendant ce temps, des favorites s’affrontaient sur le Hisense et le Margaret Court.

Ce joli présent revêtait toutefois un aspect moins positif; avec la (rarissime) pluie qui tombait sur la région hier, le toit du Rod Laver Arena était fermé, ce qui a eu pour effet d’accentuer encore davantage les frappes et le service ­puissants de Vandeweghe.

Bouchard n’en a cependant pas trop souffert en début de match. Convaincante au service, la Montréalaise s’est battue d’égale à égale avec sa rivale de 25 ans jusqu’au huitième jeu, où cette fois, sa mise en jeu l’a laissé tombée. Vandeweghe s’est emparé du bris sur une double faute de Genie et n’a plus tiré de l’arrière du reste de la manche.

Coco frustrée

Impériale au service en première manche, l’Américaine n’a perdu qu’un point en 15 avec sa première balle lors du set initial, pour 93 % de réussite.

Devant de telles statistiques, la pente s’annonçait dure à remonter pour ­Bouchard. Et pourtant, la demi-finaliste de 2014 a profité de l’émotivité de son adversaire pour réaliser un bris de service et prendre les commandes 3-0.

Mécontente de certaines de ses décisions, Vandeweghe s’en est prise verbalement à l’arbitre. «Tu mets une demi-heure avant de rendre ta décision!» lui a-t-elle lancé.

Le hic, c’est que la puissante cogneuse a eu besoin de plus de 30 minutes pour s’en remettre. Et pendant ce temps, ­Bouchard jouait avec de plus en plus d’aplomb. Si bien que malgré quelques balles de bris éparpillées ici et là, elle a enlevé la deuxième manche.

La joueuse de 22 ans semblait cibler exactement le même scénario lors du set ultime. Elle a réussi le bris d’entrée de jeu, pendant que Vandeweghe ­multipliait les fautes directes.

Mais la générosité de l’Américaine n’était pas éternelle. Celle-ci a créé l’égalité 4-4 et lors d’un 10e jeu de plus de 12 minutes au cours duquel elle a profité de quatre balles de bris, Bouchard n’a pu reprendre l’ascendant. C’est plutôt elle qui a subi le second bris de service de cette manche, qui donnait le match à Vandeweghe.

Cette dernière affrontera maintenant la première joueuse mondiale, ­l’Allemande Angelique ­Kerber, qui a eu raison de la Tchèque Kristyna Pliskova (58e) en deux manches de 6-0 et 6-4.

Quant à Bouchard, il lui faudra ­attendre quelques mois de plus avant d’aspirer à se retrouver en deuxième ­semaine d’un tournoi majeur.

La bonne nouvelle, c’est que ses récentes performances sont assez convaincantes pour qu’elle puisse y rêver.