/news/politics
Navigation

Le Commissaire aux langues officielles enquêtera concernant les réponses en français de Trudeau

Le Commissaire aux langues officielles enquêtera concernant les réponses en français de Trudeau
PHOTO AGENCE QMI, JOEL LEMAY

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | La décision de Justin Trudeau d’offrir exclusivement des réponses en français au Québec et en anglais en Ontario à l’occasion d’assemblées citoyennes ne passe pas.

Le bureau du Commissaire aux langues officielles a confirmé, jeudi, avoir reçu 14 plaintes de citoyens, à la suite d’événements à Sherbrooke et Peterborough.

Elles touchent deux sections liées aux services fournis par des employés fédéraux auxquels ont droit les Canadiens des minorités linguistiques.

Le chef libéral avait semé l’ire de la communauté anglophone québécoise en répondant en français à une question parce qu’il «était au Québec». M. Trudeau avait toutefois admis mercredi qu’il s’agissait d’une erreur de sa part.

Le porte-parole du Commissaire, Nelson Kalil, a précisé que 11 plaintes avaient été formulées après cet événement.

«J’aurais dû répondre en partie en anglais», s’est excusé le premier ministre en soulignant qu’il avait répondu par le passé en anglais à une question posée en français à Peterborough en Ontario dans une autre rencontre avec des citoyens.

Trois plaintes ont été déposées à la suite de cette session de questions-réponses avec des électeurs de l’Ontario, la semaine dernière.