/news/currentevents
Navigation

Acquitté d’avoir menacé son chirurgien

L’homme était accusé d’avoir proféré des menaces à un médecin parce qu’il était insatisfait des soins reçus

David Couture a affirmé vendredi au palais de justice qu’un stress énorme était tombé lorsque le juge l’a acquitté des accusations de menaces de mort qui pesaient contre lui.
Photo kariane bourassa David Couture a affirmé vendredi au palais de justice qu’un stress énorme était tombé lorsque le juge l’a acquitté des accusations de menaces de mort qui pesaient contre lui.

Coup d'oeil sur cet article

DRUMMONDVILLE | Un homme accusé d'avoir proféré des menaces de mort envers son chirurgien parce qu'il n'était pas satisfait de ses soins a été acquitté vendredi.

David Couture avait été arrêté avec un couteau, en février 2016, alors qu'il se trouvait à 300 mètres de l’entrée du Centre hospitalier Sainte-Croix à Drummondville.

Son ex-conjointe avait alerté les autorités en prétendant qu'il voulait «régler le compte» du médecin qui lui avait retiré un kyste sur la poitrine une dizaine de jours auparavant.

Toujours sur lui

L'homme de 54 ans a été acquitté des accusations de menaces, vendredi, au palais de justice de Drummondville.

«La poursuite a estimé qu'elle n'avait pas de preuves suffisantes à offrir», a expliqué l'avocat de la défense, Me François Lafrenière.

En entrevue, M. Couture a expliqué avoir toujours un couteau sur lui. Il soutient qu'il s'en sert pratiquement tous les jours dans le cadre de son emploi de concierge.

«Je réparais des fils. Je l'ai toujours sur moi, ce couteau-là!» s'est-il exclamé.

Il a admis avoir eu une dispute avec son ex-conjointe le jour de l'arrestation. Selon lui, c'est «simplement une chicane de couple» qui a pris des proportions démesurées.

Beaucoup de stress

Près d'un an après le début des procédures judiciaires, David Couture souhaite maintenant tourner la page sur cet épisode qu’il juge traumatisant.

«J'avais un poids sur le dos. La pression était vraiment forte. Faire l’objet d’une enquête, aller au poste de police alors que je n'avais rien fait, c'est spécial», a-t-il révélé.

Lors de son passage en cour, David Couture a cependant plaidé coupable à des accusations de possession simple de drogue.

«On parle de très faible quantité de cannabis et de morphine. C'était des médicaments obtenus par prescription par quelqu'un qui vivait avec lui», a expliqué Me Lafrenière.

M Couture a bénéficié de l'absolution, mais devra verser 300 $ à une œuvre de charité dans les 10 prochains mois.