/sports/football
Navigation

Festival de l’autopromotion

SPO-FBN-DIVISIONAL-ROUND---PITTSBURGH-STEELERS-V-KANSAS-CITY-CHI
Photo AFP Antonio Brown

Coup d'oeil sur cet article

On ne le répétera jamais assez, les athlètes ne sont plus simplement que des athlètes de nos jours. Ce sont des PME. Ils sont passés maîtres dans l’art de l’autopromotion, à tel point que la promotion de leurs produits, de leur marque et de leur image trône trop souvent au sommet de leur liste de priorités.

On en a eu l’exemple parfait dimanche dernier. Réunis dans le vestiaire après avoir éliminé les Chiefs de Kansas City dans le cadre des éliminatoires de la NFL, les Steelers de Pittsburgh ont brièvement discuté de leur prochain match qui aura lieu au domicile des Patriots de la Nouvelle-Angleterre.

Dans son discours d’après-match, l’entraîneur-chef des Steelers, Mike Tomlin, a tenu des propos peu élogieux envers les Patriots et a du même coup fortement conseillé à ses joueurs de se faire discrets sur les médias sociaux et lors de leurs entrevues avec les médias, durant les jours qui mèneront au match. L’expérimenté quart-arrière et leader de l’équipe, Ben Roethlisberger, a lui aussi appelé ses coéquipiers à ne pas faire de vagues inutilement, tout particulièrement sur les médias sociaux.

Pendant que Tomlin et Roethlisberger tenaient leurs discours et incitaient les membres de l’équipe à la discrétion, que faisait le receveur étoile des Steelers Antonio Brown? Il diffusait le tout pour le bénéfice de la planète entière sur Facebook Live. Ça ne s’invente pas!

Non seulement Brown et quelques coéquipiers faisaient preuve d’une indifférence totale face à ce qui se déroulait derrière eux, mais ils commentaient sur le nombre d’utilisateurs qui suivaient la discussion en direct sur Facebook.

Depuis, Brown a dû s’excuser publiquement. Il a de plus forcé son entraîneur à en faire tout autant pour avoir traité, alors qu’il se croyait uniquement en présence de ses joueurs et de son personnel d’entraîneurs, les Patriots de trous du c...

Meilleur encadrement

Cet exemple illustre le problème que peuvent poser les médias sociaux dans le sport. Des plateformes comme Facebook, Twitter et Instagram se veulent des outils très efficaces pour les athlètes afin de promouvoir certains produits. On voit les Tiger Woods, Eugenie Bouchard, Tom Brady, LeBron James et autres athlètes jouissant d’un rayonnement à l’échelle internationale utiliser les médias sociaux pour y faire de la publicité pour leurs commanditaires.

Par contre, autant ils peuvent être efficaces, autant les médias sociaux constituent une lame à double tranchant. On l’a vu récemment avec les photos du voyage à Miami d’Odell Beckham Jr. et des autres receveurs des Giants de New York, avant un match éliminatoire. On l’a aussi vu avec le cas ­Antonio Brown.

Les frasques et l’autopromotion des athlètes sur les médias sociaux créent parfois des distractions inutiles. Jusqu’à présent, les ligues et les dirigeants d’équipes ne semblent pas savoir comment s’y prendre pour encadrer le tout. Ce ne sont pas tous les entraîneurs qui sont en mesure de prévenir ce genre de situation comme le fait si bien un Bill Belichick, par exemple.

À Montréal, on comptait un athlète flamboyant comme ­Antonio Brown en P.K. Subban et on l’a échangé parce que l’équipe n’était visiblement pas prête à composer avec un joueur qui consacre une bonne partie de ses énergies à peaufiner son image à l’extérieur de la patinoire.

Dans la NFL, on les compte par dizaines. Les risques de ­dérapage sont donc omniprésents. Que ce soit par des politiques plus strictes ou des pénalités plus sévères lorsque surviennent des dérapages, ce n’est qu’une question de temps avant que l’on s’attaque plus sérieusement aux médias ­sociaux.

Les tweets de la semaine...

twitter.com/DannyJoncas

Enfin la bonne

Tim Raines aura dû patienter à sa toute dernière année d’admissibilité, mais il sera finalement intronisé au Temple de la renommée du baseball en juillet. La plupart des observateurs étaient confiants de voir l’ancien des Expos entrer à Cooperstown. C’est notamment le cas de son ancien coéquipier chez les Expos Warren ­Cromartie.

« Tim Raines était un premier frappeur dynamique. Il changeait le tempo de notre attaque. La première fois que je l’ai vu, je pensais qu’il était un porteur de ballon au football. »

Pas de ­leçons à recevoir

Ayant accordé au moins quatre buts dans sept de ses dix derniers départs, Carey Price est méconnaissable par les temps qui courent. Malgré tout, comme on l’a vu dans un échange d’après-match mercredi avec un journaliste de TSN, il ne semble pas intéressé à discuter de ses faiblesses ni de son style. C’est ce que rapportait le compte Twitter de Sportsnet.

« De toute évidence, Carey Price ne ­souhaite pas recevoir de conseils de la part des ­médias. »

Tour du chapeau

Dans la victoire des Patriots de la Nouvelle-Angleterre samedi dernier, le porteur de ballon Dion Lewis est devenu le ­premier joueur de l’histoire à inscrire un touché au sol, un touché par la voie des airs et un touché sur un retour de botté d’envoi dans un même match éliminatoire. L’ancien joueur ­Emmanuel Acho a fait preuve ­d’autodérision à la suite de cette performance.

« Quand je pense que j’ai été échangé contre Dion ­Lewis en 2013. Quelqu’un doit être congédié pour avoir fait cette ­transaction. »

À surveiller...

Tout près du but

Il ne reste plus que quatre équipes en lice dans la NFL. ­Dimanche soir, au terme des deux finales d’association, on saura quelles deux formations s’affronteront au Super Bowl le 5 février. On devrait avoir droit à deux matchs relevés ce dimanche alors que les quatre équipes qui sont toujours dans la course excellent tout en ayant un très bon quart-arrière.

Le premier match de la journée est prévu pour 15 h (RDS, CTV et Fox) et opposera les Packers de Green Bay aux Falcons ­d’Atlanta. Après avoir mené son équipe à des victoires face aux Giants et aux Cowboys, Aaron Rodgers pourra-t-il en faire ­autant face aux puissants Falcons menés par Matt Ryan et ­Julio Jones? Puis, à 18 h 40 (RDS, CTV et CBS), on aura droit à un duel entre les Steelers de Pittsburgh et les Patriots de la Nouvelle-Angleterre. Ceux-ci se retrouvent dans le carré d’as pour la sixième année d’affilée, ce qui constitue un record.

Les cinq suggestions de la semaine

Hockey

SPO-FBN-DIVISIONAL-ROUND---PITTSBURGH-STEELERS-V-KANSAS-CITY-CHI
Photo Jean-François Desgagnés

Si l’on se fie aux derniers matchs disputés par les Bruins et les Blackhawks, il risque de se ­marquer plusieurs buts ce soir entre les finalistes de la Coupe Stanley de 2013.

Le vendredi 20 janvier à 19 h à TVA Sports et Sportsnet One


Hockey

SPO-FBN-DIVISIONAL-ROUND---PITTSBURGH-STEELERS-V-KANSAS-CITY-CHI
Photo USA Today Sports

Les partisans du ­Tricolore auront l’occasion de voir à l’œuvre la jeune sensation Jack Eichel, qui se débrouille plutôt bien depuis son retour au jeu à la suite d’une blessure.

Le samedi 21 janvier à 19 h à TVA Sports et Sportsnet


Football

SPO-FBN-DIVISIONAL-ROUND---PITTSBURGH-STEELERS-V-KANSAS-CITY-CHI
Photo AFP

Question de se mettre dans l’ambiance en vue des finales d’association, retour sur un classique Steelers-Raiders datant de 1972, match célèbre pour l’Immaculate Reception.

Le dimanche 22 janvier à 13 h à RDS


Basketball

SPO-FBN-DIVISIONAL-ROUND---PITTSBURGH-STEELERS-V-KANSAS-CITY-CHI
Photo AFP

Malgré la retraite de Tim Duncan, les puissants Spurs de San ­Antonio ne ralentissent pas. ­Installés au second rang du ­classement dans l’Ouest, ils ­affrontent les Raptors.

Le lundi 23 janvier à 19 h à Sportsnet One


Tennis

SPO-FBN-DIVISIONAL-ROUND---PITTSBURGH-STEELERS-V-KANSAS-CITY-CHI
Photo AFP

Les premiers matchs de quarts de finale ­seront présentés à compter de lundi soir aux ­Internationaux d’Australie.

Aura-t-on droit à d’autres ­surprises de taille?

Le lundi 23 janvier à 19 h à TSN

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.