/24m/city
Navigation

Foyers à bois durant le smog hivernal: plus d’inspections demandées

GEN-METEO-SMOG
Photo Agence QMI, Joel Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Alors que Montréal vient de connaître un autre épisode de smog, des experts croient que la Ville devrait patrouiller davantage durant ces périodes pour sanctionner les citoyens qui utilisent leurs foyers à bois.

«Ce n’est pas tout d’avoir un règlement [pour diminuer le smog], il faut l’appliquer de façon efficace», lance André Bélisle, président de l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA), qui se demande si les inspecteurs censés vérifier l’application du règlement interdisant l’utilisation des foyers au bois pendant les épisodes de smog sont assez nombreux.

Samedi, Montréal a connu un épisode de smog de quelques heures. Depuis août 2015, date d'entrée en vigueur de ce règlement, il y a eu une dizaine de périodes de smog mais aucune amende émise, une situation qualifiée d’intrigante par certains.

«Il doit y avoir un effort de civisme et de surveillance pendant les épisodes de smog», souligne aussi Dr François Reeves, de l'École de santé publique de l'Université de Montréal, qui est d’accord que la Ville devrait mieux appliquer le règlement.

Sensibilisation

À la Ville, on explique que la dizaine d’inspecteurs agit à la suite d’une plainte et que si aucun des propriétaires des 48 022 poêles déclarés n’ont eu d’amende c’est parce qu’ils sont bien sensibilisés.

«Si les gens ont rempli le formulaire, ils ont compris le règlement et ils ont l'intention de l'appliquer», explique Geneviève Dubé, chargée de communication.
 
Le porte-parole en environnement pour Projet Montréal, Sylvain Ouellet, croit toutefois que les citoyens sont loin de tous suivre le règlement. «Dans mon secteur, ça sent le feu de bois pendant les journées de smog», déplore-t-il.

Selon lui, la Ville ne peut «compter sur la bonne volonté des gens qui sont déjà sensibilisés. Il y a toujours un bon pourcentage de la population qui n'agira pas tant qu'elle ne se fait pas taper sur les doigts.»

Et les autos?

Si selon la Ville, la combustion du bois de chauffage «est l’une des principales causes de smog hivernal», il faudrait aussi qu’elle s’attaque aux autres sources de polluants, comme les automobiles, ajoute le Dr Reeves. «Quelqu'un qui roule 20 000 km par année avec une "minoune" pollue beaucoup plus que celui qui a un poêle à bois», illustre-t-il en rappelant que le smog affecte particulièrement les enfants asthmatiques ainsi que les personnes ayant des maladies respiratoires ou cardiaques.