/news/society
Navigation

Ils ont visité 60 pays en 10 ans

Liette Pellerin et Robert Deslauriers, un couple de l’Estrie, ne sont au Québec que quatre à six mois par an

Sur l’île de Komodo, en Indonésie, le couple a pu observer un varan, soit la plus grande espèce de lézar­d au monde
Photo courtoisie Sur l’île de Komodo, en Indonésie, le couple a pu observer un varan, soit la plus grande espèce de lézar­d au monde

Coup d'oeil sur cet article

SHERBROOKE | Un couple de Québécois retraités pourra sous peu se vanter d’avoir mis les pieds dans une soixantaine de pays depuis qu’il a pris sa retraite il y a 10 ans.

Liette Pellerin, 69 ans, et Robert Deslauriers, 67 ans, n’habitent au Québec que quatre à six mois par an.

Actuellement, ils sont à Kuala Lumpur, en Malaisie. Ils y ont loué un appartement pour six mois et ils font régulièrement des escapades dans les pays environnants.

À les entendre, on a l’impression que le Laos, le Vietnam, le Japon, Bali ou Singapour sont tout près. Pourtant, durant ces six mois, ils auront fait 23 vols en avion.

«Nous arrivons de l’île de Java (en Indonésie). On laisse tout ici à Kuala Lumpur et on part juste avec un sac à dos pour quatre ou cinq jours. On va visiter et on revient», explique Mme Pellerin, retraitée du domaine de l’enseignement.

Au Népal, Robert Deslauriers a mis 20 jours, sans guide, pour gravir le mont Annapurna, qui culmine à plus de 8000 m.
Photo courtoisie
Au Népal, Robert Deslauriers a mis 20 jours, sans guide, pour gravir le mont Annapurna, qui culmine à plus de 8000 m.

Planification

Déjà, le couple prépare son programme pour l’année 2016-2017. Il planifie notamment une visite de la Grèce suivie d’une tournée de trois mois en Australie et en Nouvelle-Zélande à bord d’un motorisé. L’Océanie est le dernier continent qu’il leur reste à visiter (à l’exception de l’Antarctique).

«À mesure qu’on coche des pays sur notre liste, elle s’allonge, car on ne cesse d’en ajouter», lance Robert Deslauriers, un ancien contrôleur aérien.

En descendant dans cette faille, le couple se retrouvait à cheval sur la frontière du Mexique et des États-Unis.
Photo courtoisie
En descendant dans cette faille, le couple se retrouvait à cheval sur la frontière du Mexique et des États-Unis.

Voyager léger

Le couple a adopté ce mode de vie nomade il y a 10 ans, peu de temps après s’être rencontré. À ce moment, chacun a vendu ses propriétés et, ensemble, ils ont acquis un petit condo à Montréal, où ils reviennent l’été. Ça leur a permis d’avoir de l’argent pour voyager.

«Pour cette nouvelle vie ensemble, on s’est dit qu’on allait voyager léger», raconte Mme Pellerin.

La technologie permet désormais de garder le contact avec leurs proches. Sinon, la famille peut se réunir n’importe où sur la planète. M. Deslauriers raconte avoir rejoint sa sœur qui se trouvait en Arizona l’hiver dernier. Quant à Mme Pellerin, elle a fêté les 40 ans de sa fille en Californie.

S’ils sont prêts à se déplacer pour voir leurs proches, ils ne les gâtent plus avec des souvenirs de voyage.

«Nous l’avons fait une fois et on a payé à peu près 700 $ de surplus pour nos valises! On avait rapporté pour des milliers de dollars de cadeaux à nos petits-enfants, nos neveux, nos nièces», se souvient la dame en riant.

Dans un petit village du Laos, Liette Pellerin offre de l’eau à ce petit orphelin.
Photo courtoisie
Dans un petit village du Laos, Liette Pellerin offre de l’eau à ce petit orphelin.

L’expérience comme atout

Au fil des voyages, le couple a élaboré plusieurs stratégies pour réduire ses dépenses. Grâce à des offres éclairs sur internet pour les billets d’avion, les réservations à l’hôtel qui sont faites des mois à l’avance ou en préparant eux-mêmes les repas, ils peuvent se permettre de visiter des endroits qui, sinon, seraient hors de prix.

«Je me souviens, lorsque nous sommes arrivés à San Marino [en Italie], il y avait des endroits où l’on avait réservé des mois à l’avance. Sur place, le prix était quatre à cinq fois plus cher! Si Liette n’avait pas cette expertise-là, on ne pourrait pas se promener comme ça», estime Robert Deslauriers.

Quelques anecdotes

Une Mercedes au prix d’une Peugeot

En se procurant une voiture Peugeot flambant neuve en France, Liette Pellerin et Robert Deslauriers ne s’attendait certainement pas à ce qu’elle tombe en panne au bout de 42 kilomètres.

En attendant de trouver le problème, l’agence qui s’occupait de leur dossier leur a prêté une Mercedes 300 de l’année.

Finalement, le couple n’a jamais revu la Peugeot et l’agence leur a laissé la Mercedes pour les 63 jours de son péri­ple. Lorsqu’ils ont reçu la facture, ils ont constaté que la Mercedes leur aurait coûté plus de 10 000 $ s’il ne l’avait pas eue au prix de la Peugeot!

Nager avec les raies

Lors d’un séjour dans l’océan Indien, Robert Deslauriers a nagé avec des raies manta, une espèce qui fait trois à quatre mètres d’envergure.

À cette époque, l’animateur de télévision Steve Irwin, connu comme un chasseur de crocodiles, venait de mourir lors d’un tournage, blessé par une raie pastenague. Il va sans dire que Liette Pellerin était très inquiète de voir son conjoint passer sous le bateau pour observer les raies.

«C’est vraiment gracieux. C’est fou, c’est comme si elles volaient. Et dans ce secteur, l’eau n’est pas turquoise, mais vert fluo. C’est beau!» raconte M. Deslauriers.

Un GPS pas toujours fiable

Il arrive parfois qu’on décide de s’en remettre aux indications de son GPS pour se rendre à bon port.

En général, dans environ 95 % du temps, les indications fournies sont correctes. Sauf la fois, en France, où Liette Pellerin et Robert Deslauriers ont emprunté avec leur voiture un tronçon de piste cyclable...

Le beau comme le laid

Autant les deux voyageurs ont pu admirer les beautés du monde, autant ils ont assisté à des scènes difficiles, comme en Birmanie, en Haïti ou à Katmandou.

Ils se souviennent particulièrement, lors d’un voyage au Laos, d’un petit village pratiquement détruit.

Sur la centaine d’habitants qu’il reste, 90 % sont des enfants et les autres sont des vieillards. Les petits orphelins ont perdu leurs parents durant la guerre. Les enfants sont laissés à eux-mêmes et une fillette de six ans peut avoir à s’occuper des plus petits qu’elle.

«Ça fait mal cœur. Les enfants sont pieds nus, sans souliers, les robes sont déchirées, les cheveux sales», souligne Liette Pellerin.

Pour visiter ces secteurs, les touristes doivent faire appel à un guide de la région puisque les gens riches ne seraient pas les bienvenus. Ce guide a recom­mandé au couple, pour faire plaisir aux enfants, de leur donner des bonbons puisqu’ils n’en mangeaient jamais.

La dame a particulièrement été frappée par les huttes dans lesquelles ils vivent. La galerie qui se trouve à l’avant cache des boîtes en bois. Il s’agit en fait de leurs cercueils.

Les pays visités

  • France
  • Royaume-Uni
  • Belgique
  • Suisse
  • Allemagne
  • Pays-Bas
  • Italie
  • Espagne
  • Portugal
  • Luxembourg
  • Hongrie
  • Roumanie
  • Autriche
  • République tchèque
  • Slovaquie
  • Pologne
  • Leichtenstein
  • Russie
  • Canada (10 provinces)
  • États-Unis
  • Mexique
  • République dominicaine
  • Jamaïque
  • Cuba
  • Vietnam
  • Malaisie
  • Birmanie
  • Laos
  • Thaïlande
  • Venezuela
  • Pérou
  • Panama
  • Costa Rica
  • Bélize
  • Honduras
  • Salvador
  • Bahamas
  • Bermudes
  • Trinidad et Tobaggo
  • Haïti
  • Croatie
  • Bosnie-Herzégovine
  • Monténégro
  • Slovénie
  • Japon
  • Inde
  • Chine
  • Singapour
  • Émirats arabes unis
  • Colombie
  • Porto Rico
  • Équateur
  • Maroc
  • Tunisie
  • Cambodge
  • Nicaragua
  • Monaco
  • Vatican
  • Indonésie