/opinion/blogs/mechantsraisins
Navigation

Le vin quotidien: un rouge espagnol avec un petit peu de nous autres dedans

Tempranillo, Moraza
Mathieu Turbide Ne vous laissez berner par la photo, ce tempranillo, de la famille Moraza, n'est pas écrasé par le bois, loin de là. C'est le fruit pur qui s'exprime.

Coup d'oeil sur cet article

On n'est pas les premiers en à en parler. Et, on ne sera pas les derniers. 

Moraza, c'est le nom d'une famille espagnole de la Rioja, à laquelle s'est greffé un Québécois, Patricio Brongo, il y a quelques années. Vous connaissez peut-être le nom de Brongo, car dans une autre vie, Patricio était aussi derrière le superbe cidre de glace Cryolamus du (défunt) domaine Antolino-Brongo, à Saint-Joseph-du-Lac.

Le voilà maintenant en Espagne, à faire du vin, sur le domaine familial de sa conjointe, Janire Moraza. Leur tempranillo s'inscrit dans la lignée de cette nouvelle Rioja dont on verra jamais assez les vins: des vins frais et fruités, authentiques, plus près de ce que le terroir a à dire, à des années-lumières de ces vins ultra-boisés et sans caractère qui se retrouvent encore trop souvent sur les tablettes de la SAQ. C'est un vin mûr, bâti sur le fruit pur: framboises, cerises, mûres, avec beaucoup de mâche et de gras. C'est long et équilibré. Et c'est bio. Et c'est pas cher. On adore.

Moraza tempranillo bio 2015, Bodegas Moraza, Espagne
18,35 $ (Code SAQ :  12473825)  13 %  - 1,3 g/l
★★★ | $ 1/2