/news/society
Navigation

Retraité et millionnaire à 52 ans

Il a quitté son emploi 14 ans plus tôt que prévu après avoir gagné à la loterie

Benoît Giroux voyage beaucoup depuis qu’il a décroché le gros lot. De Cuba au Panama, en passant par le Mexique, il adore aller profiter du soleil dans le Sud. Il s’est aussi offert une voiture de luxe.
Photo courtoisie Benoît Giroux voyage beaucoup depuis qu’il a décroché le gros lot. De Cuba au Panama, en passant par le Mexique, il adore aller profiter du soleil dans le Sud. Il s’est aussi offert une voiture de luxe.

Coup d'oeil sur cet article

Benoît Giroux se pince tous les matins pour s’assurer qu’il ne rêve pas. À 52 ans, il profite maintenant d’une retraite anticipée après avoir remporté un important gain à la loterie.

«C’est la meilleure décision de ma vie», indique M. Giroux, qui ne regrette pas d’avoir pris sa retraite 14 ans plus tôt que prévu.

En juillet 2015, avec 19 de ses collègues du magasin RONA de Boucherville, Benoît Giroux a remporté une cagnotte de 55 millions $ au Lotto Max.

Du jour au lendemain, sa vie a basculé avec un gain net de 2,75 millions $ dans son portefeuille. «Au début, je ne voulais rien précipiter. Il fallait que je reste les deux pieds sur terre. Je ne voulais pas partir en peur, car j’aimais beaucoup mon travail», se souvient-il.

Benoît Giroux voyage beaucoup depuis qu’il a décroché le gros lot. De Cuba au Panama, en passant par le Mexique, il adore aller profiter du soleil dans le Sud. Il s’est aussi offert une voiture de luxe.
Photo courtoisie

Vie beaucoup moins stressante

Il est donc demeuré au service de son employeur pendant six mois, multipliant les rencontres avec des planificateurs financiers et des comptables.

Au début de 2016, après avoir établi un plan de retraite solide, il a toutefois décidé de quitter son poste de manutentionnaire et de chef d’équipe chez RONA.

Aujourd’hui, M. Giroux dit profiter de chaque instant de la vie. «Ma vie est beaucoup moins stressante qu’avant. Au lieu de me lever à 5 h du matin, je décide de mon horaire. L’important, c’est d’avoir des projets. Je voyage beaucoup, je fais des rénos à la maison. Je m’occupe. Si je veux lire un livre, je prends le temps de le faire.»

Benoît Giroux voyage beaucoup depuis qu’il a décroché le gros lot. De Cuba au Panama, en passant par le Mexique, il adore aller profiter du soleil dans le Sud. Il s’est aussi offert une voiture de luxe.
Photo courtoisie

Pas de folies

Malgré sa richesse soudaine, M. Giroux dit ne pas avoir fait de folies qu’il pourrait un jour regretter. Il a réalisé certains travaux à sa résidence principale et s’est procuré une voiture de luxe, une Audi.

Père de trois enfants, il a aussi maintenant un pied-à-terre dans la ville de Québec. Comme il aime beaucoup se retrouver les pieds dans le sable, il dit envisager d’investir dans une résidence secondaire dans un pays chaud.

«J’étudie cette possibilité. J’aimerais bien passer mes hivers dans le Sud, éventuellement. Ça serait un beau cadeau à s’offrir», assure-t-il. Inutile d’insister, M. Giroux suggère à tous les Québécois d’acheter des billets de loterie. «On ne sait jamais ce qui peut arriver!»

BEAUCOUP D’OFFRES D’INVESTISSEMENT

Benoît Giroux reconnaît que gagner à la loterie, ça ne change pas le monde. Sauf qu’il dit avoir reçu un nombre important d’offres d’investissement.

«Lorsqu’on remporte un gain à la loterie, on se fait beaucoup courtiser. On a beaucoup de demandes. Il faut bien analyser les projets», souligne le jeune retraité. Selon ce dernier, il faut toutefois «savoir dire non», car des demandes de toutes sortes proviennent de partout, que ce soit de la part de membres de la famille ou d’amis. «C’est normal. On en voit de toutes sortes. Dans mon cas, je me suis entouré de très bons planificateurs et spécialistes financiers. Ça m’a beaucoup aidé», explique-t-il.

Des conseils

Loto-Québec dit offrir à tous ses gagnants des «pistes de conseils» axées sur les finances (faire appel à un conseiller financier accrédité), mais aussi sur la gestion plus idéologique du gain.

«On leur dit de faire attention à ce qu’ils publient sur les médias sociaux, d’apprendre à dire non, de laisser retomber la poussière avant de prendre une décision majeure comme quitter son emploi, par exemple», signale une porte-parole de Loto-Québec, Marisol Schnorr. Loto-Québec communique ensuite un mois et six mois plus tard avec les gagnants pour prendre de leurs nouvelles.

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.