/24m/city
Navigation

Coderre veut «tirer la plogue» d'Énergie Est

Coderre veut «tirer la plogue» d'Énergie Est
PHOTO AGENCE QMI, MATTHEW USHERWOOD

Coup d'oeil sur cet article

Le maire Denis Coderre a demandé à TransCanada de «tirer la plogue» du projet Énergie Est, en réaction à la relance du projet Keystone XL par le président des États-Unis Donald Trump, hier.

«Étant donné que M. Trump a accepté de faire Keystone, je pense que TransCanada aurait tout intérêt à retirer ses billes dans Énergie Est. Je ne vois pas la pertinence [du projet]. De toute façon, les municipalités on est contre ce projet-là. Il va y avoir des millions et des millions de barils de pétrole qui vont passer soit par Keystone, ou du côté de l'Ouest canadien.»

Le président Trump avait promis, au cours de sa campagne électorale, de relancer l'immense projet d'oléoduc freiné par l'ancien président Obama. Long de 1900 kilomètres, dont 1400 aux États-Unis, le projet Keystone XL vise à transporter le pétrole canadien des sables bitumineux de l'Alberta jusqu'au Nebraska, d'où il pourrait rejoindre les raffineries américaines du golfe du Mexique.

De son côté, le tracé du pipeline Énergie Est fait environ 4600 km et prévoit traverser le Canada d'ouest en est. Sa capacité est évaluée à 1,1 million de barils de pétrole par jour et est estimée à 15,7 G$. TransCanada espère une mise en service dès 2020.

Le maire Denis Coderre demande donc à TransCanada d'annuler complètement le projet. «On n'aurait pas besoin de se faire des meetings à l'Office national de l'énergie (ONÉ). Ça serait la bonne occasion, dans notre jargon, de »tirer la plogue» sur ce projet», a-t-il lancé en marge de la réunion du Comité exécutif, ce mercredi matin.

La CMM contre Énergie Est

Il y a un an, le maire Coderre ainsi que les 81 autres maires de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) se sont formellement opposés au projet Énergie Est. Pour lui, le projet n'est pas viable sur les plans économique, social, environnemental et de sécurité publique.

Il avait d'ailleurs quitté la première séance des audiences de l'ONÉ à Montréal, en août dernier, alors que des manifestants s'étaient introduits dans la salle.

Toutes les audiences prévues à Montréal ont par la suite été annulées pour des raisons de sécurité. L'ONÉ a alors entrepris dans les derniers mois de nommer de nouveaux commissaires et de revoir le processus de consultation sur Énergie Est.

-Avec la collaboration de l'Agence QMI