/opinion/columnists
Navigation

Harmonie souverainiste chaotique

Coup d'oeil sur cet article

Pendant que Jean-François Lisée consolide sa position à la tête du Parti québécois et que le dernier sondage Léger le conforte dans sa stratégie référendaire­­, Martine Ouellet flirte avec un Bloc québécois en quête d’un ultime sauveur. Bien naïf est celui qui y décèle un signe de convergence des forces souverainistes!

L’état du Bloc

Le Bloc québécois n’a pas réussi à faire élire suffisamment de députés lors du dernier scrutin général pour être un parti reconnu, et la défaite de Gilles Duceppe dans sa circonscription a entraîné sa démission. En quête d’un chef depuis ce temps, le parti est tiraillé entre les pressés et les patients pour cette course à la direction.

Les pressés voient Martine Ouellet dans leur soupe et veulent en décou­dre rapidement, coupant l’herbe sous le pied à tout autre éventuel aspirant. Les patients voudraient reporter le tout en 2018 et élargir le vote pour le choix du prochain chef à toute personne se déclarant souverainiste, membre ou non du Bloc.

Entre convergence et divergence

Dans un contexte très concurrentiel entre les partis souverainistes au niveau provincial, l’idée de faire du Bloc le carrefour de la convergence s’avère intéressante et provoquerait peut-être le retour au bercail­­ d’une partie de l’électorat échappé au NPD. L’élargissement du vote à tous les souverainistes peut servir cette volonté d’accroître l’unité des forces et susciter l’émergence d’autres candidats.

Il semble toutefois que la méfiance d’une frange importante d’indépendantistes à l’endroit de Jean-François Lisée les incline à la précipitation pour se donner une chef aux antipodes de la plateforme privilégiée par le chef du PQ. Le Bloc deviendra-t-il ainsi la principale source de divergence des forces souverainistes?

Cette tension serait d’autant plus vive que Martine Ouellet continuerait de siéger à l’Assemblée nationale du Québec si elle était désignée chef du Bloc. C’est trop de distractions pour un mouvement souverainiste en quête­­ de revitalisation.